Rôle du parent

Temps-écran et pandémie : hausse du temps passé devant les écrans

Article -

La pandémie, associée aux confinements successifs, a profondément bouleversé les habitudes de vie des enfants. Ceux-ci passent aujourd’hui beaucoup plus de temps devant les écrans, révèle sans surprise une récente enquête de l’Académie de la transformation numérique (ATN) de l’Université Laval.

Temps-écran et pandémie : hausse du temps passé devant les écrans
Thèmes abordés

Les résultats de l’enquête La famille numérique sont sans équivoque : 76 % des jeunes Québécois de 6 à 17 ans consacrent plus de temps devant leurs écrans à la maison depuis un an. Parmi eux, près de la moitié (40 %) sont « branchés » plus de 10 heures par semaine sur le web. C’est 15 % de plus qu’il y a un an! Bien que prévisibles, ces chiffres n’en sont pas moins néanmoins inquiétants.

 

La hausse du temps-écran est plus marquée chez les jeunes fréquentant l’école secondaire que les élèves du primaire. « Ce sont 59 % des jeunes âgés de 13 à 17 ans qui consacrent en moyenne plus de 10 heures par semaine sur Internet, comparativement à 27 % des jeunes âgés de 6 à 12 ans », indique par communiqué Claire Bourget, directrice intelligence d’affaires et recherche marketing à l’ATN. Rappelons que la recommandation de la Société canadienne de pédiatrie est de deux heures au maximum par jour pour les enfants, tous types d’écrans confondus.

 

 

Bien qu’une majorité (83 %) de parents disent avoir établi des règles strictes concernant l’utilisation d’Internet ou de certains sites web, l’enquête d’ATN montre que ces derniers étaient un peu plus nombreux (89 %) à se soucier de cet encadrement avant la pandémie. « Nous constatons que certaines familles semblent avoir assoupli légèrement les règles parentales liées à l’utilisation d’Internet chez leurs jeunes étant donné le contexte exceptionnel de la pandémie de la COVID-19 », souligne Claire Bourget.

 

Que font les jeunes? Essentiellement, ils visionnent des vidéos sur YouTube (79 %), ils jouent en ligne (66 %) ou regardent des films (51 %). Les deux tiers l’utilisent également dans un cadre scolaire (60 %). Les jeunes sont également plus présents sur les réseaux sociaux : plus de la moitié (55 %) des 6 à 12 ans ont un profil personnel ou une adresse courriel. C’est le cas de 92 % des 13 à 17 ans. 

 

Enfant devant sa tablette

 

Temps-écran : des effets sur la santé

 

Selon l’Organisation mondiale de la Santé (OMS), l’usage excessif des écrans aurait des répercussions négatives importantes sur la santé telles la sédentarité et l’obésité, des troubles du sommeil, des troubles musculo-squelettiques, des problèmes de vision et d’audition, ainsi que des risques d’accidents, de blessures et d’infections.

 

Le temps d’écran accru peut aussi avoir un impact sur la santé psychosociale avec des conséquences comme : le harcèlement et la cyberintimidation, le retrait ou l’isolement social, des comportements agressifs, des comportements sexuels à risque, ainsi que des problèmes familiaux et des difficultés à l’école ou au travail.

 

 

Quelques éléments à considérer 

À l’heure où 97 % des jeunes de 6 à 17 ans utilisent des appareils électroniques, il importe d’encadrer cette « nouvelle normalité ». Selon l’Institut national de santé publique du Québec, voici quelques éléments à retenir :

  • Même si le temps consacré aux écrans augmente, il est important de préserver dans la routine quotidienne des enfants et des adolescents les activités nécessaires à leur sain développement.
  • Les parents doivent rester vigilants face aux contenus auxquels sont exposés les enfants et superviser les plus jeunes, afin que le temps d’écran constitue une expérience positive.
  • L’encadrement parental doit être défini en fonction de l’âge et des capacités de l’enfant.
  • Une entente parent-enfant concernant l’usage des écrans doit être établie. Cette dernière doit reconnaître le caractère temporaire et exceptionnel de la situation.
Infolettre
Pour recevoir par courriel nos plus récents articles.
Abonnez-vous
Infolettre