Rôle du parent

Écrans et confinement: est-on en train de briser nos enfants?

Article -

Plusieurs parents sont arrivés au même constat dans les dernières semaines : travailler à la maison en présence des enfants s’apparente à un sport extrême. Et comme si ce n’était pas assez, notre niveau d’anxiété grimpe encore plus en pensant aux nombreuses minutes que passe notre progéniture devant les écrans. Voici quelques conseils pour mieux vivre avec cette réalité temporaire (oui, il faut se le répéter : temporaire).

Écrans et confinement: est-on en train de briser nos enfants?
Thèmes abordés

Marie-Ève est graphiste et Simon, ingénieur. Tous deux ont de la chance, car malgré la pandémie, ils continuent de travailler à partir de la maison. Le hic? Loïc, leur fils de 8 ans semble n’avoir qu’une seule envie : être sur sa tablette à longueur de journée.

 

 

« En temps normal, nous arrivions à gérer assez bien le temps d’écran, explique Marie-Ève. Loïc avait droit à une heure de tablette les jours de fin de semaine, pas plus. Là, on ne compte plus. J’ai parfois l’impression que nous avons complètement perdu le contrôle. Quand mon conjoint et moi avons des appels à passer ou quand nous assistons à des réunions virtuelles, j’avoue que ça fait notre affaire qu’il s’occupe ainsi, car on sait qu’on ne sera pas interrompus. Mais en même temps, j’en viens qu’à me sentir coupable et me dire que si je ne travaillais pas autant je pourrais bricoler avec lui, sortir jouer dans la cour, l’inciter à lire ou mieux encadrer ses apprentissages scolaires. »

 

 

Comme plusieurs parents qui sont dans le même bateau depuis des semaines, Marie-Ève et Simon se sentent un peu pris au piège et s’inquiètent de cette réalité : sont-ils en train de « briser » leurs fils? Gardera-t-il des séquelles du fait d’être rivé à son écran davantage qu’à l’habitude?

 

« J’essaie de me consoler en me disant que la tablette lui sert aussi à communiquer avec ses amis, mais je sais qu’il passe la majeure partie de son temps à jouer et à visionner des vidéos », ajoute la mère.

 

 

L’avis éclairé

Ne pas s’alarmer si nos enfants passent plus de temps devant un écran qu’en temps normal, parce que, justement, rien n’est normal en cette période de pandémie. Voilà le premier conseil que nous donne le psychologue Johan Autruc-Colcombet. « Le télétravail implique que les enfants doivent pouvoir s’occuper eux-mêmes durant des périodes de temps plus ou moins longues, et ce n’est pas facile. Tout le monde vit la même chose en ce moment. »

« Non, nous ne sommes pas en train de briser le cerveau de nos enfants ni de détruire tout ce qu’on avait mis en place quant à la saine utilisation des écrans. »

 

« On peut par exemple établir un parallèle avec les vacances. Chaque année, à l’approche de la rentrée scolaire, on croit que ce sera difficile de reprendre notre rythme et nos bonnes habitudes après plusieurs semaines de relâchement. C’est vrai que les premiers jours, la transition peut être dure. Mais dans les faits, on y arrive assez bien. À tout point de vue, y compris celui des écrans, le retour à la normale finira ainsi par se faire », conclut-il en ajoutant que les enfants sont en mesure de comprendre qu’ils ont bénéficié d’un assouplissement des règles en raison d’une situation exceptionnelle et qu’ils saisiront tout aussi bien qu’il est temps de ranger consoles et tablettes.

 

Infolettre
Pour recevoir par courriel nos plus récents articles.
Abonnez-vous
Infolettre