Rôle du parent

Temps-écran: 9 conseils pour une utilisation positive des écrans

Article -

L’inquiétude des parents reliée au temps passé par leurs enfants devant les écrans est bien réelle. Cependant, dans cette croisade contre le temps-écran, on oublie parfois que les jeunes peuvent retirer certains bénéfices de cette utilisation.

Temps-écran: 9 conseils pour une utilisation positive des écrans

 

Quels sont les avantages de l’utilisation des écrans?
  • Favoriser les interactions sociales avec des applications comme Skype ou Facetime.
  • Améliorer la capacité de résolution de problèmes, l’aptitude à suivre des consignes, le contrôle de soi, le multitâche, l’attention, la mémoire, la logique, la coordination main-œil et la motricité fine.
  • Réduction du stress et amélioration des habiletés sociale grâce à certains jeux, surtout s’ils misent sur la coopération entre les joueurs.
  • Augmentation de l’activité physique et de la motricité globale grâce à des jeux vidéo physiquement actifs pratiqués au moyen de consoles de type Wii. 

Source : Doit-on limiter le temps-écran des enfants à la maison?

 

Il est possible de responsabiliser votre enfant en lui enseignant à gérer lui-même son temps d’écran. Voici 9 conseils pour l’aider à développer un rapport sain avec les appareils électroniques.

 

1. Discutez en famille

Expliquez à votre enfant l’importance d’être actif physiquement et de réduire le temps passé devant un écran. N’hésitez pas à lui parler des dangers associés à une surexposition aux écrans. 

 

2. Comptabilisez le temps passé devant les écrans

Préparez un tableau sur lequel parents et enfants inscriront le nombre d’heures passées devant un écran (pour autre chose que le travail ou l’école) durant une semaine. Peut-être sentirez-vous le besoin de réduire progressivement le temps d’écran? 

 

3. Conseillez l’enfant au sujet des applications utilisées 

Encouragez votre enfant à choisir des applications éducatives et celles favorisant la créativité et les interactions sociales. Les sites EduLulu et Entertainment Software Rating Board sauront vous guider.

 

4. Partagez du temps d’écran avec votre enfant

Prenez connaissance des émissions de télévision et des jeux préférés de votre enfant et discutez-en avec lui.

 

 

5. Imposez un temps limite  

Donnez des consignes claires sur le temps d’écran et faites-les respecter.

 

6. Donnez l’exemple

Suivez les règles que vous avez établies même si vous trouvez difficile d’être privé de vos appareils électroniques. Votre enfant sera plus susceptible de faire de même.

 

7. Désignez des zones « sans écrans » dans la maison

Il est déconseillé de placer un téléviseur ou un ordinateur dans la chambre d’un enfant et de laisser un téléphone intelligent à sa portée durant la nuit. En plaçant l’ordinateur dans un endroit passant de la maison, vous pourrez comptabiliser plus facilement le temps d’écran et garder un œil sur ce que fait votre enfant. On interdira aussi les écrans à table afin de favoriser les échanges entre les membres de la famille et pour permettre aux enfants d’être en plein contrôle de leur appétit.

 

8. Organisez des activités sans écran

Pour détourner votre progéniture des écrans, proposez des activités familiales en privilégiant les activités physiques extérieures comme une balade à vélo, une journée de ski ou une randonnée en montagne. Voici 6 trucs pour organiser une fin de semaine sans écran.

 

Dans son livre Viens jouer dehors!, l’ergothérapeute Francine Ferland explique que pour des raisons d’espace, le jeu est habituellement plus actif à l’extérieur qu’à l’intérieur. Elle fait aussi remarquer qu’autrefois, jouer dehors était une récompense, mais que de nos jours, c’est plutôt perçu comme une punition. Elle conseille aux parents désireux de convaincre leurs enfants de faire des activités extérieures d’invoquer le plaisir que cela procure plutôt que de dire que c’est bon pour la santé.

 

9.  Informez-vous au sujet du contrôle parental

Certaines fonctions de contrôle parental permettent d’intégrer des minuteries de jeu, de gérer l’accès en ligne ou de surveiller les sites Web que votre enfant visite. Consultez notre article Gestion du temps-écran : 4 logiciels et applications de contrôle parental.

 

Le sujet vous intéresse? Consultez notre dossier Temps-Écran.

 


RÉFÉRENCES:

  • Bourcier, Sylvie (2010). L’enfant et les écrans, Montréal, Les Éditions du Chu de Sainte-Justine.
  • Ferland, Francine (2012). Viens jouer dehors!, Montréal, Les Éditions du Chu de Sainte-Justine.
  • Documentaire L’Écran roi 

 

Infolettre
Pour recevoir par courriel nos plus récents articles.
Abonnez-vous
Infolettre
Rôle du parent

Doit-on limiter le temps-écran des enfants à la maison?

Article -

De nombreux parents sont perplexes en voyant leurs enfants presque constamment rivés aux écrans. Est-ce que cela nuit à leur santé physique et mentale? Devrait-on limiter le temps d’écran à la maison?  

Doit-on limiter le temps-écran des enfants à la maison?

Les écrans exercent une grande force d’attraction chez les enfants. « Les enfants sont curieux et très attirés par tout ce qui bouge et fait du bruit », explique la sociologue Monique Caron-Bouchard.

 

Les écrans leur donnent l’occasion de s’approprier de nouveaux pouvoirs, par exemple, ceux d’expérimenter et d’être connecté aux autres. Quand ils jouent à l’écran, les jeunes éprouvent un sentiment de liberté, de contrôle. De plus, ils aiment utiliser Facebook ou YouTube comme vitrine pour se faire voir et être appréciés des autres. »

 

 

Quels avantages les parents retirent-ils du fait que leur progéniture passe du temps devant les écrans? Interrogés à ce sujet, la majorité d’entre eux disent en profiter pour accomplir des tâches ménagères ou s’occuper d’un autre enfant. Cela leur donne aussi l’occasion de prendre une douche ou de s’habiller sans être dérangés ou encore de faire patienter les enfants en voiture ou au restaurant.

 

Le « temps d’écran » englobe tous les types d’écrans : téléphone intelligent, tablette électronique, télévision, jeu vidéo et ordinateur.

 

Des statistiques troublantes

Les données ci-dessous reflètent l’omniprésence des écrans dans nos vies.   

 

  • Des chercheurs américains ont découvert que plus de 90 % des enfants commencent à regarder la télévision avant l’âge de 2 ans et qu’un enfant sur trois est capable d’utiliser un téléphone intelligent ou une tablette électronique avant de savoir parler!

 

  • Selon la Société canadienne de physiologie de l’exercice, les Canadiens de 5 à 17 ans passent, en moyenne, plus de sept heures par jour devant leurs écrans.

 

Force est de constater qu’il reste bien peu de temps aux jeunes pour faire autre chose que du temps d’écran. Selon Mme Caron-Bouchard, les activités des jeunes ne sont pas assez diversifiées. « Les enfants ne devraient pas se limiter aux gadgets électroniques, mais aussi lire, bricoler, jouer avec des figurines ou des casse-tête, faire du sport, interagir avec leurs parents et leurs amis, etc. »

 

Temps-écran : quelles sont les recommandations canadiennes?
  • 0 à 2 ans : aucun temps-écran

La Société canadienne de pédiatrie recommande aux parents de ne pas exposer leurs tout-petits de moins de 2 ans à un écran, quel qu’il soit. 

 

  • 2 à 4 ans : maximum une heure par jour

Selon la Société canadienne de pédiatrie, les enfants de 2 ans à 4 ans ne devraient pas passer plus d’une heure par jour devant un écran. 

 

  • 5 à 17 ans : maximum 2 heures par jour

Selon les directives canadiennes en matière de mouvement destinées aux jeunes de 5 à 17 ans, il faut limiter à un maximum de deux heures par jour le temps de loisir passé devant un écran.

 

Pour ou contre les écrans?

Les avantages

L’Académie américaine de pédiatrie considère que les activités devant des écrans peuvent être bénéfiques pour le développement des enfants dans la mesure où ceux-ci sont exposés à du contenu de qualité. Par exemple, des applications comme Skype ou Facetime peuvent favoriser les interactions sociales.

 

Diverses études démontrent que certaines applications améliorent la capacité de résolution de problèmes, l’aptitude à suivre des consignes, le contrôle de soi, le multitâche, l’attention, la mémoire, la logique, la coordination main-œil et la motricité fine. Certains jeux peuvent réduire le stress et avoir un effet positif sur les habiletés sociales, surtout s’ils misent sur la coopération entre les joueurs.

 

Il existe aussi des jeux vidéo physiquement actifs pratiqués au moyen de consoles de type Wii qui font bouger les participants et favorisent la motricité globale.

 

Les inconvénients

De nombreuses études se sont penchées sur les conséquences négatives des écrans chez les jeunes. Trop de temps d’écran peut nuire au développement cognitif et psychosocial de l’enfant, à son sommeil et à son alimentation, à sa capacité d’attention et à son rendement scolaire. Cela peut aussi avoir des conséquences négatives sur sa santé physique : risques accrus d’hypertension artérielle, de problèmes de posture, de diabète de type 2, de maladies du cœur, d’embonpoint et d’obésité.

 

Est-ce que mon enfant est dépendant des écrans?
Certains parents craignent que l’intérêt de leur enfant pour l’Internet ne tourne à l’obsession. Au Québec, la cyberdépendance toucherait environ 1,3 % des adolescents. Pour savoir si c’est le cas de votre enfant, consultez notre article Cyberdépendance : est-ce que mon enfant a une dépendance aux écrans?

 

Des risques réels

Les enfants qui passent plus de deux heures quotidiennement devant les écrans courent deux fois plus de risques de faire de l’embonpoint ou d’être obèses que ceux dont le temps d’écran est inférieur à une heure par jour.

 

Selon une étude de l’Institut de la santé publique du Québec (INSPQ), entre 2009 et 2013, 25 % des Québécois âgés de 6 à 17 ans étaient en situation de surplus de poids ou d’obésité.

 

Donc limiter le temps-écran, oui, sans toutefois l’interdire. Voici d’ailleurs 9 conseils pour utiliser positivement les écrans.

 

Le sujet vous intéresse? Consultez notre dossier Temps-Écran.

 


RÉFÉRENCES:

 


 

Infolettre
Pour recevoir par courriel nos plus récents articles.
Abonnez-vous
Infolettre