Rôle du parent

6 comptes Instagram inspirants pour les parents

Article -

Nous sommes plusieurs à entretenir un rapport amour-haine envers les réseaux sociaux et ses images véhiculées de toutes ses mères trop parfaites ou à l’inverse trop à « boutte ». N’empêche, on aime fureter sur Instagram : pour rêver, puiser de l’inspiration ou pour nous conforter dans notre rôle de parent — tout ce qu’il y a de plus normal.

 

6 comptes Instagram inspirants pour les parents

Voici 6 comptes Instagram à suivre sans culpabilité et à zieuter sans modération!

 

1. Pour booster notre créativité

Photo du Instagram de Tinkerlab

Les enfants nous demandent de bricoler avec eux, mais les idées ne sont pas au rendez-vous? Alimenté par une maman et enseignante d’art plastique californienne, Tinkerlab saura remédier à la situation.

 

2. Pour constater que nous sommes plusieurs dans le même bateau

Photo du Instagram de Cool Dad

Jeff est un papa passionné par la vie avec ses quatre enfants, mais qui n’hésite pas à en dépeindre les aléas. Jeter un œil à sa page Cool Dad, du même nom que son blogue, c’est entrer dans son quotidien avec ses moments, cocasses, comiques ou anodins.

 

3. Pour passer au zéro déchet en famille

Photo du Instagram de Lauraki

L’une de vos résolutions pour 2019 est de devenir encore plus écolo en faisant quelques pas supplémentaires vers le zéro déchet? Le compte Lauraki, signé par la Montréalaise Laure Caillot, a probablement quelques bons filons pour vous épauler.

 

4. Pour mettre de la folie au menu

Photo du Instagram de Lunch dad

Le papa américain derrière Lunchbox Dad, qui prépare des lunchs tous plus beaux et créatifs les uns que les autres, a de quoi nous donner des complexes. Mais pas si on considère ses photos comme des sources d’inspiration pour surprendre nos enfants une fois de temps en temps.

 

5. Pour faire un brin de lecture

Photo du Instagram des P’tits mots dits

Derrières les P’tits mots dits, il y a une dynamique équipe de passionnés de littérature jeunesse qui nous partagent leurs livres coups de cœur et leurs découvertes d’ici et d’ailleurs, tant pour les tout-petits que pour les ados.

 

6. Pour trouver des trucs

Puisque vous lisez ce texte, vous connaissez déjà Vifa Magazine! En plus de dévoiler trucs, recettes, astuces brico ou idée d’activités, son espace Instagram permet de faire la rencontre de l’équipe qui œuvre à bâtir tout ce contenu. En prime, on y propose de beaux concours de temps à autre!

Infolettre
Pour recevoir par courriel nos plus récents articles.
Abonnez-vous
Infolettre
Rôle du parent

Jouer dans la rue: permis ou pas?

Article -

Saviez-vous qu’à certains endroits vos enfants pourraient écoper d’une amende parce qu’ils s’amusent dans la rue? Heureusement, un vent de changement souffle sur le Québec et les municipalités ont désormais le pouvoir de permettre le jeu libre dans la rue.

Jouer dans la rue: permis ou pas?

Jusqu’à tout récemment, le règlement provincial stipulait que nul ne pouvait occuper la chaussée de manière à entraver le passage des véhicules. Une joute de hockey improvisée pouvait donc prendre fin abruptement si un policier s’adonnait à passer par là. Bref, une belle incitation à ce que les enfants retournent à l’intérieur. Rien pour encourager un mode de vie très actif!

Mais l’adoption de la loi 122 en 2017 change heureusement la donne. Celle-ci permet aux municipalités de consentir au jeu libre dans les rues et de le baliser, tout en respectant le Code de la sécurité routière.

Sous certaines conditions

Bien entendu, ce ne sont pas toutes les rues qui peuvent accueillir les tournois de soccer et les courses de trottinettes, comme nous l’explique Corinne Voyer, directrice de la Coalition québécoise sur la problématique du poids. L’organisme qui fait entre autres la promotion d’un mode de vie actif a pris part à l’implantation du projet pilote Dans ma rue, on joue! à Belœil.

« La beauté de ce projet, c’est qu’il implique les citoyens, avance Mme Voyer. Les résidents sont invités à soumettre leur rue pour qu’elle devienne une aire permise pour le jeu. Les suggestions sont ensuite transmises à un comité consultatif pour en évaluer la sécurité. »

Parmi ces critères, la rue doit bénéficier d’une bonne visibilité, ne pas présenter de virage ni de pente, être bien éclairée et sa limite de vitesse doit se situer en bas de 50 km.

Quand les résidents de cette rue acceptent dans une proportion de 2/3, le projet est officialisé et une lettre leur est acheminée afin de leur exposer le code de vie pour un bon voisinage. Par exemple, le jeu est autorisé entre 7 h et 21 h. Des pancartes sont aussi installées pour inviter les conducteurs à redoubler de vigilance.

 

 

Des initiatives inspirantes

Si Belœil avait pour but d’être une figure phare en entamant ce mouvement, c’est mission accomplie. Plusieurs villes ont emboîté le pas et ont appliqué des mesures similaires, ou sont en voie de le faire. Ainsi, de Saint-Bruno à Laval, en passant par Gatineau, Rawdon ou Montréal, les dirigeants municipaux manifestent la volonté d’offrir aux jeunes et moins jeunes davantage d’espaces où ils pourront jouer entre amis.

« Ce ne sont pas toutes les familles qui ont accès à une cour arrière ou à un parc à proximité, soutient Corine Voyer. La rue devient donc un lieu de rencontre entre voisins. Et cela n’apporte que du positif : quand les enfants sont en groupes, ils sont plus actifs. C’est donc tout un schème de pensée qu’il faut revoir. Redonner la rue au citoyen et en faire des lieux publics, et pas seulement destinés aux voitures », conclut-elle.

Article réalisé en partenariat avec la Table sur le mode de vie physiquement actif (TMVPA)

Infolettre
Pour recevoir par courriel nos plus récents articles.
Abonnez-vous
Infolettre