Sports et plein air

Comment réussir (ou ne pas rater) sa remise en forme?

Article -

Être actif au moins deux heures et demie par semaine. Mettre l’accent sur l’activité aérobique d’intensité modérée à élevée. Ajouter à cela des activités qui travaillent les muscles et les os au moins deux fois par semaine. C’est ce que recommandent les Lignes directrices en matière d’activité physique du Canada pour les adultes de 18 à 64 ans. Si, comme nous, vous êtes essoufflés rien qu’à le lire, sachez que peu importe votre âge, il n’est jamais trop tard pour se mettre en forme et devenir un parent en santé. Mais avant de vous lancer, voici 8 conseils à suivre.

Comment réussir (ou ne pas rater) sa remise en forme?
Thèmes abordés

Nous avons demandé à la kinésiologue Marie-Elen Leblanc ses meilleurs trucs pour réussir une remise en forme.

 

1. Partir sur de bonnes bases

Se remettre en forme est une excellente chose en soi, mais elle nécessite un minimum de prudence. On peut démarrer seul, mais si on n’a pas fait d’exercice depuis longtemps, il est préférable de consulter un médecin pour s’assurer qu’on n’a pas un facteur de risque tel que le diabète, l’hypertension artérielle ou autres pouvant entraîner des complications avec la pratique d’activité physique intense.

 

2. Chouchouter notre motivation

Au début de la remise en forme, la motivation est souvent très forte, ce qui est bien légitime. Mais il ne faudrait pas oublier que se remettre en forme, demande une bonne progression avant d’atteindre son objectif. Il ne faut pas démarrer avec un entraînement trop intense qui demande beaucoup de récupération, ça va affecter graduellement la motivation si on ne réussit pas à suivre le rythme, sans parler du risque de blessures.

 

 

 

3. Bien choisir son activité

Quand on veut se remettre en forme, on doit souvent choisir une activité. Va-t-on faire de la marche rapide? De la natation? Des cours de spinning? Il n’y a évidemment pas une activité qui soit préférable ou mieux qu’une autre; ce qui compte c’est d’en trouver une qui VOUS convient. C’est une erreur que font certaines personnes qui veulent se remettre en forme, elles décident de suivre ce qui est à la mode en matière d’entraînement, même si ce n’est pas du tout ce qui leur convient. Si on ne prend pas en compte la dimension de plaisir dans son choix, il est certain que la remise en forme sera vouée à l’échec. De plus, varier les activités augmente les bénéfices aux niveaux musculosquelettique et proprioceptif (perception de la position et des mouvements du corps dans l’espace) et diminue le risque de blessure.

 

4. Bien choisir l’endroit où l’on souhaite bouger

Pour mettre le plus de chances de son côté et espérer tenir sur le long terme, il est préférable de ne pas précipiter sa décision. Il faut éviter de choisir un gym ou centre d’entraînement trop éloigné de chez soi ou de son travail ou de prendre un abonnement longue durée sans avoir testé le lieu, les installations seulement parce qu’un rabais sur le prix de l’abonnement était avantageux. Si le centre d’entraînement ne propose pas une période d’essai gratuite, demandez à faire une visite des installations. Considérez les groupes ou sports collectifs qui allient le côté social avec l’entraînement souvent meilleur gage de maintien de l’adhérence à l’activité.

5. Fixer des objectifs réalistes

Les objectifs sont importants et permettent de savoir « où on va ». Mais pour qu’un objectif soit tenable, il faut qu’il soit réaliste. Si vous êtes sédentaire depuis 15 ans, vouloir courir un marathon un mois après avoir commencé à vous remettre en forme est non seulement irréaliste, mais comporte également des risques pour la santé. Débutez avec une intensité plus faible et augmentez graduellement la durée et la fréquence des activités avant d’y aller avec beaucoup d’intensité. Si vous avez des questionnements ou désirez connaître la bonne progression selon vos capacités, il est possible de consulter un kinésiologue.

 

6. Impliquer l’entourage

Une bonne façon d’inclure plus facilement l’entraînement dans votre vie est d’impliquer votre entourage, votre famille; gérer la garde des enfants permettant à chacun de faire une activité ou par exemple, choisir le moment du cours de karaté de son enfant pour s’entraîner ou s’inscrire dans un cours parent-enfant. Il est primordial de se donner un rendez-vous avec soi pour l’activité physique dans l’horaire souvent très chargé.

 

 

7. Être prêt à faire quelques concessions

En ajouter de l’activité physique à l’horaire, il faudra possiblement laisser tomber quelques activités; 5 à 7, téléséries, dîners avec les collègues, etc. Il faut y aller selon nos priorités en gardant en tête qu’un peu de temps actif, c’est déjà beaucoup sur le plan des bénéfices pour la santé. On peut, par exemple, utiliser les escaliers, se déplacer à vélo, marcher le midi ou passer 15 minutes au parc avec son enfant avant le souper. Le seul fait de réduire la sédentarité nous apporte des bénéfices au niveau de la santé.

 

8. Avoir du plaisir

La priorité est de penser plaisir et au fait que chaque moment actif est bénéfique. Vos enfants seront fiers de vous et vous aurez davantage d’énergie pour vous amuser avec eux. Ces moments actifs passés en famille ou avec des amis vous permettront de socialiser dans un autre contexte souvent ludique et de vous concentrer sur le moment présent ce qui aide à la gestion du stress et au rapprochement avec des êtres chers. Pensez l’activité physique pour amélioration des capacités ou maintien comme étant un moyen de pouvoir accomplir toutes les tâches quotidiennes sans s’épuiser et ainsi avoir plus de temps pour profiter de la vie sans se sentir toujours dépassé.

 

 

Pour consulter un kinésiologue

Consultez le site web de la Fédération des kinésiologues du Québec.

Si vous avez un diagnostic d’hypertension, de diabète, de prédiabète, de maladie cardiaque athérosclérotique ou de maladie pulmonaire obstructive chronique et souhaitez consulter un kinésiologue et adapter votre plan d’exercices : téléphonez au Centre d’expertise des maladies chroniques au 514-906-2006.

 

Sources:

Infolettre
Pour recevoir par courriel nos plus récents articles.
Abonnez-vous
Infolettre
Sports et plein air

5 façons d’amener les enfants à aimer la nature

Article -

 « La meilleure salle de jeu est uniquement couverte par le ciel et par la cime des arbres », voilà ce que prônent les Clubs 4H depuis plus de 75 ans.

5 façons d’amener les enfants à aimer la nature

Question de récolter quelques trucs pour mousser la curiosité de nos enfants pour le monde extérieur, on s’est entretenu avec Myriam Landry, agente de développement pour cet organisme dont la mission consiste à développer l’intérêt et les compétences des jeunes relativement à la nature.

1. Donner l’exemple

Pour que nos enfants s’attachent à la nature et à tout ce qui la compose, il faut nous-mêmes aimer être en contact avec elle, et le leur montrer. Il faut aussi remettre ses lunettes d’enfants et se rappeler à quel point elle nous offrait tout un monde de possibilités de jeux et d’aventures. À nous, donc, de devenir des guides pour nos enfants en prenant part à toutes sortes d’activités extérieures… et en lâchant notre fou avec eux! Plus ce sera ludique, plus ce sera marquant.

2. Porter attention à notre milieu de vie

Partir en camping, en randonnée pédestre ou organiser une expédition de pêche sur glace dès que l’occasion se présente, c’est super! Mais pas besoin de rouler des kilomètres pour accéder à la nature : elle est partout! Dans la ruelle ou même dans un stationnement, il suffit de lever les yeux au ciel pour observer le soleil, les nuages et les oiseaux. À l’inverse, en regardant vers le sol, c’est un tout autre monde de pierres, de plantes et d’insectes ou même de neige que les enfants découvriront. Comme parents, on peut leur faire remarquer par toutes sortes de moyens comme des jeux de cherche et trouve, des chasses au trésor et des rallyes, en les incitant à dessiner leurs observations ou à bricoler avec leurs trouvailles (cailloux, branches, feuilles, etc.).

3. Faire le plein de connaissances

L’amour de la nature peut aussi se développer sans mettre le nez dehors. À la bibliothèque, faites régulièrement des razzias de livres sur les animaux, les arbres, les fleurs, etc. Et laissez-les à la disposition des enfants pour qu’ils les consultent à leur guise. Lancez-leur des défis portant sur ces lectures, comme identifier la sorte de l’arbre qui se dresse devant la maison ou déterminer les points cardinaux par rapport à la position du soleil. Faites-leur écouter des chants d’oiseaux (facile à trouver sur le web) et ils se transformeront vite en petits détectives la prochaine fois qu’ils en entendront.

 

 

4. Passer à l’action

On le sait, les enfants sont toujours plus enclins à l’action qu’à l’écoute ou l’observation. En leur donnant par exemple la responsabilité de plants de basilic qu’ils auront semé au printemps, qu’ils arroseront tout l’été et en récolteront les feuilles, ils s’initieront au règne végétal. Laissez-les se salir, sentir, goûter, toucher… bref, poser des gestes qui les rapprocheront de la nature.

5. Miser sur la conscientisation

Les enfants sont très sensibles à la protection de l’environnement et aux conséquences possibles de la pollution. En les conscientisant dès leur plus jeune âge à poser les bons gestes pour la nature, chouchouter celle-ci deviendra chez eux un réflexe. Habituez-les par exemple à ramasser les déchets qu’ils croisent sur leur passage pour qu’ils les déposent ensuite dans une poubelle ou dans un bac de recyclage.

Article réalisé en partenariat avec la Table sur le mode de vie physiquement actif (TMVPA)

Infolettre
Pour recevoir par courriel nos plus récents articles.
Abonnez-vous
Infolettre