Pratico-pratique

Bouger en famille, une bonne idée

Article -

Bougez-vous avec votre enfant? Selon un sondage réalisé par la firme Léger Marketing au sujet de la campagne WIXX, vous êtes de plus en plus nombreux à le faire!

Bouger en famille, une bonne idée

En effet, entre 2012 et 2016, la proportion des parents ayant fait du sport, un jeu actif ou une autre activité physique avec leur enfant dans la dernière semaine est passée de 58% à 67%.

 

La perception des parents quant au temps que devraient allouer leurs jeunes de 9 à 13 ans à l’activité physique a aussi changé. En 2012, les parents croyaient que leurs enfants devaient faire 73 minutes d’activité physique par jour; l’an dernier, ce chiffre montait à 78 minutes.

 

Cette perception est en phase avec la recommandation de l’Organisation mondiale de la santé (OMS), qui préconise au moins 60 minutes par jour d’activité physique d’intensité modérée à soutenue. L’OMS précise que bouger plus de 60 minutes par jour apporte indéniablement un « bénéfice supplémentaire pour la santé ».

 

Des parents sensibilisés

 

Les augmentations du temps que passent les parents à faire du sport avec leurs enfants et du temps d’activité physique qu’ils estiment nécessaires sont légères, certes, mais elles prouvent que les parents sont de plus en plus sensibilisés à l’importance de bouger en famille!

 

Dans le même ordre d’idées, 92% des parents ont dit aux sondeurs qu’il était très probable qu’ils fassent de l’activité physique avec leur enfant de 9-13 ans au cours des prochains mois.

 

Une ombre au tableau, toutefois, chez les préados, aussi interviewés dans ce sondage. S’ils prennent plaisir à bouger, le quart d’entre eux (26%) trouvent que la pratique d’activités physiques les empêche de faire autre chose qu’ils aiment mieux faire.

 

Envie de vous inspirer? Quelques pistes de réflexion pour bouger en famille:

 

 

Source : Opinions et attitudes à l’égard d’un mode de vie physiquement actif, Sondages répétés réalisés par Léger Marketing entre 2015 et 2016.

 

Infolettre
Pour recevoir par courriel nos plus récents articles.
Abonnez-vous
Infolettre
Pratico-pratique

Canot-camping : récit d’un voyage de 3 jours dans le parc national du Mont-Tremblant

Article -

Combiner les plaisirs du camping aux joies de pagayer ou de canoter, c’est vivre des instants de calme et de solitude, mais aussi d’euphorie, de dépassement de soi et de découvertes! Récit de 3 jours, 2 nuits et d’un grand bonheur en pleine nature dans le parc national du Mont-Tremblant.

Canot-camping : récit d’un voyage de 3 jours dans le parc national du Mont-Tremblant

Mon conjoint, mes deux ados et moi avons pris part à l’aventure avec nos amis du Club de karaté Tai Sei, à Montréal. C’est la deuxième fois que nous participions à cette escapade de groupe, et ce n’est certes pas la dernière!

 

Mon conjoint Glenn, moi et nos deux enfants, Megan et Brandon.
Crédit photo : Mélanie Dubé

 

Descente de la rivière de la Diable

Le coup d’envoi de notre expédition a été donné au centre de découverte et de services du lac Monroe où on a pris une navette pour se rendre au lac aux Herbes. Après quoi, on a dîné, et hop!, ce fut le début de notre périple de 25 km sur la rivière de la Diable. Ma fille et mon conjoint étaient en canot; fiston et moi, en kayak.

 

Un magnifique paysage sur le site du campement Au-Fil-de-l’Eau.
Crédit photo : Mélanie Dubé

 

Notre circuit :

  • Jour 1 : 6 km jusqu’au site de camping Au Fil-de-l’Eau
  • Jour 2 : 16 km jusqu’au site de camping Le Barrage-du-Lac-Escalier
  • Jour 3 : 3 km et fin de l’aventure au lac Laplante où la navette nous reprend pour nous ramener au centre du Lac-Monroe

On construit un abri avec les moyens du bord!
Crédit photo : Mélanie Dubé

 

Sur la rivière, tout s’est passé à merveille, enfin presque! Si la plupart du temps, on a navigué en eau calme, on a aussi vécu des moments excitants lors de la traversée des rapides. L’eau nous éclaboussait en plein visage. On s’est frottés sur quelques roches, certains canoteurs sont même restés pris, puis ont vu leurs embarcations se remplir d’eau. C’est à prévoir, quand on fait du canot-camping ou du kayay-camping! Une « opération sauvetage » a d’ailleurs été mise en branle. Pas d’inquiétude, tout s’est bien terminé (vous pouvez voir quelques péripéties dans cette vidéo).

 

Une navette nous conduit du Lac Monroe au lac aux Herbes, puis du lac Laplante vers notre lieu de départ.
Crédit photo : Mélanie Dubé

 

Pour une escapade de kayak ou canot-camping, privilégiez des sacs étanches pour les vêtements, sac de couchage, caméra et autres effets que vous souhaitez garder au sec. On ne sait jamais ce qui peut arriver!
Crédit photo : Mélanie Dubé

 

Sur les sites de campement, les soirées et les nuits ont été des plus agréables. On a jasé, joué, relaxé, préparé nos repas, puis on a grillé des guimauves et on s’est réchauffé autour du feu de camp. Bref, on a passé du bon temps, et ce, même sous la pluie.

 

Des souvenirs inoubliables

Il importe de bien attacher ses bagages.
Crédit photo : Mélanie Dubé

 

Cette expédition nous permet, une fois de plus, d’emmagasiner des souvenirs inoubliables. Le trajet sur l’eau, tout comme la période passée sur la terre ferme, était génial. On a pris du temps pour soi, pour la famille, des moments pour déconnecter du WIFI et reconnecter avec la nature.

Crédit photo : Mélanie Dubé

 

Mon homme, quant à lui un fanatique de pêche, n’a pas manqué de jeter sa ligne à l’eau, après avoir acquitté son droit d’accès. Cinq brochets ont mordu à l’hameçon, puis ont été relâchés.

 

Sans contredit, c’est une expérience qui nous donne envie de repartir et d’explorer de nouveaux endroits. Vous en avez à nous suggérer?

 

infos pratiques
  • Il faut réserver votre navette.
  • Voyagez léger! L’espace est limité dans un canot… et encore plus dans un kayak.
  • Privilégiez des sacs étanches pour les vêtements, sac de couchage, caméra et autres effets que vous souhaitez garder au sec.
  • Prévoyez des sangles ou de la corde pour attacher les bagages.
  • Choisissez des excursions en fonction de vos aptitudes. À titre indicatif, le niveau de difficulté 1 d’une rivière est considéré très facile et le V, très difficile. Découvrez ici quelques exemples de circuits parmi les plus populaires dans le Parc national du Mont-Tremblant.
  • Avant de franchir un passage (rapide), il est préférable d’aller faire une reconnaissance en stationnant son embarcation. À la suite, vous pourrez, par exemple, dire que vous naviguerez à droite après tel rocher ou tel arbre.

 

À lire ou à relire, le texte Canot-camping en famille : 5 étapes pour s’y préparer.

 

 

 

Infolettre
Pour recevoir par courriel nos plus récents articles.
Abonnez-vous
Infolettre