Santé physique

Il faut davantage d’éducation physique à l’école!

Article -

[Article mis à jour] En remplaçant, chaque semaine, cinq heures d’enseignement de matières régulières par de l’éducation physique, le rendement scolaire des élèves demeure le même ou s’améliore.

Il faut davantage d’éducation physique à l’école!

La pratique régulière d’activités physiques a-t-elle réellement un impact favorable sur la réussite scolaire? Pour le vérifier, François Trudeau, directeur du Département des sciences de l’activité physique à l’Université du Québec à Trois-Rivières, a effectué une revue systématique des études publiées à travers le monde sur le sujet. Conclusion : l’augmentation du temps d’éducation physique ne nuit pas à la réussite scolaire et peut même, dans certains cas, l’améliorer.

 

 

« Il y a des écoles qui sont tellement axées sur la performance académique qu’elles perdent “ le focus ” sur l’enfant global, la personne », déplore François Trudeau.

 

 

D’aussi bonnes performances scolaires en moins d’heures de classe

Avec cette méta-analyse, François Trudeau est en mesure d’affirmer que consacrer plus d’heures à l’éducation physique à l’école ne nuit pas à la performance scolaire. Au contraire! La moitié des études démontre en effet qu’en remplaçant, tous les jours, jusqu’à une heure de cours dans les matières dites « académiques » par une heure d’éducation physique les élèves obtiennent d’aussi bons résultats. L’autre moitié des études montre même que les résultats des élèves s’améliorent, surtout en mathématiques, précise François Trudeau. On a donc des élèves en meilleure condition physique et qui réussissent aussi bien ou mieux sur le plan scolaire. À l’inverse, quand on diminue le temps accordé à l’éducation physique au profit de plus d’heures d’enseignement en classe, les résultats des élèves ne s’améliorent aucunement.

 

« Pour beaucoup d’enfants, l’école est le seul endroit où ils peuvent faire de l’activité physique intensive. »

 

L’école : un milieu idéal pour augmenter la pratique d’activités physiques

François Trudeau est convaincu qu’on doit miser sur l’école pour accroître le niveau d’activité physique des jeunes. « Au Québec, on a la chance d’avoir de l’activité physique du primaire au collégial. L’école permet donc de rejoindre tous les enfants et tous les jeunes. Elle pourrait jouer un plus grand rôle si on lui donnait un coup de main, ajoute-t-il. » Profiter des moments libres comme les récréations et les heures du dîner permet aux enfants de faire chaque jour 36 minutes d’exercice physique d’intensité moyenne ou élevée. En offrant diverses activités physiques et sportives parascolaires, les écoles peuvent également répondre à deux besoins fondamentaux propres aux jeunes : avoir du plaisir et passer du temps avec leurs amis.

 

L’éducation physique à l’école : des effets bénéfiques qui durent toute la vie

Dans les années 1970, une étude menée à Trois-Rivières avait déjà démontré les bienfaits d’un nombre plus élevé d’heures d’éducation physique. Un groupe expérimental d’élèves du primaire avaient alors bénéficié de cinq heures d’éducation physique par semaine. Ces élèves étaient comparés à un groupe témoin qui suivait le programme régulier de 40 minutes par semaine. François Trudeau a contacté les chercheurs et leur a proposé de faire un suivi pour voir les effets à long terme de ce programme enrichi d’éducation physique. À l’âge de trente ans, les femmes du groupe expérimental étaient clairement plus nombreuses à faire régulièrement de l’exercice physique d’intensité élevée, et les hommes étaient deux fois moins nombreux à fumer. De plus, tous avaient également une attitude plus favorable à l’égard des activités physiques et sportives que les sujets du groupe témoin. Bref, les bonnes habitudes de vie acquises à l’école auraient des effets positifs qui durent toute la vie.

 


Source

La pratique régulière d’activité physique a-t-elle réellement un impact favorable sur la réussite éducative et la persévérance scolaire? Présentation de François Trudeau, Ph. D.

Infolettre
Pour recevoir par courriel nos plus récents articles.
Abonnez-vous
Infolettre
Santé physique

Comment intégrer le transport actif à la routine familiale?

Article -

La rentrée scolaire est passée, c’est le temps d’instaurer les bonnes habitudes pour l’année. De quelle façon vos enfants se rendront-ils à l’école? En choisissant le transport actif comme moyen de déplacement, vous ajouterez un peu d’exercice à votre quotidien en plus de passer du temps de qualité avec vos jeunes.

Comment intégrer le transport actif à la routine familiale?

Pendant l’été, vos enfants ont une foule d’occasions de bouger. Lorsque l’école recommence, la routine reprend son cours et ils ont moins de temps libres pour le faire. Le transport actif est une solution simple pour les stimuler chaque jour. En plus, celui-ci a des effets bénéfiques à plusieurs niveaux.

Psychosocial

Les déplacements actifs stimulent l’interaction entre les jeunes, permettent de tisser des liens et favorisent aussi l’autonomie. Si les jeunes tentent l’expérience, ils seront une source d’inspiration pour les gens de leur quartier.

Intellectuel

Les déplacements actifs augmentent la concentration et le niveau d’éveil, améliorent l’humeur, augmentent l’oxygénation du cerveau, etc. Et tous ces éléments favorisent la réussite scolaire!

Physiologique et psychologique

Une simple marche de 20 minutes permet de réduire la fréquence cardiaque, la pression artérielle et le stress. De plus, les jeunes qui utilisent un mode de transport actif ont tendance à être physiquement plus actifs en soirée, et ont une meilleure aptitude cardiorespiratoire.

Écologique (et économique!)

En plus, le transport actif est écologique, puisqu’il contribue à réduire les émissions de gaz à effet de serre. Les avantages sont donc autant sur le plan personnel qu’environnemental.

 

 

5 façons d’intégrer le transport actif à votre routine familiale

  • Intégrez le transport actif dans vos déplacements quotidiens

Dépanneur, épicerie, pharmacie… Lorsque la distance est raisonnable (environ 2 km), choisissez systématiquement un mode de transport actif.

  • Variez vos modes de transport

Pour les déplacements très courts, optez pour la marche. Pour les distances plus longues, le vélo, la planche à roulettes ou les patins à roulettes peuvent être plus efficaces. La clé pour garder vos enfants motivés, c’est varier! 

  • Combinez-le à d’autres moyens de transport

Pour les distances plus grandes, n’hésitez pas à combiner le transport actif à d’autres moyens de transport comme l’autobus, le métro, etc.

  • Équipez-vous adéquatement, mais simplement

Vélo en bon état, casque et cadenas. Pour la marche, portez des vêtements et des chaussures confortables, adaptés aux conditions météorologiques.

  • Inscrivez votre enfant à un Trottibus

Si l’école de votre enfant organise un Trottibus, sautez-y à pieds joints, pour permettre à vos enfants de se rendre de la maison à l’école à pied, de façon sécuritaire et encadrée. Pas de Trottibus? Proposez votre école!

 

Pour plus d’infos sur le transport actif, vous pouvez consulter notre dossier sur le sujet.

 

Références

  • Martinez-Gomez D, Ruis JR, Gomez-Martinez S, Chillon P, Rey-Lopez JP, Diaz LE, Castillo R, Veiga OL, Marcos A; AVENA Study Group (2011). Active commuting to school and cognitive performance in adolescents: the AVENA study. Arch Pediatr Adolesc Med 165(4):300-5.
  • Cooper AR, Jago R, Southward EF, Page AS (2012). Active travel and physical activity across the school transition: The PEACH Project. Med Sci Sports Exerc 44(10):1890-7.
  • Directeur de la santé publique de Montréal : Favoriser le transport actif. 
Infolettre
Pour recevoir par courriel nos plus récents articles.
Abonnez-vous
Infolettre