Saine alimentation

Desserts, sucre et sucreries: quelle attitude adopter en tant que parent?

Article -

La consommation de sucre ne doit pas devenir une habitude dans la vie de votre enfant ni être le principal aliment de son alimentation. Tout est dans la modération et dans la fréquence! Voici nos conseils pour développer une relation saine avec les desserts et sucreries.

Desserts, sucre et sucreries: quelle attitude adopter en tant que parent?
Thèmes abordés

La différence entre dessert et sucrerie

Il importe tout d’abord de faire la distinction entre dessert et sucrerie.

 

Le dessert n’est pas nécessairement un aliment sucré, même si l’on associe souvent dessert à sucre. Le dessert a sa place dans une alimentation équilibrée, en complément au plat principal. Par exemple, s’il n’y a pas de féculent au repas, il est intéressant de proposer un pain aux bananes pour le dessert. C’est une bonne idée de le cuisiner, et nous proposons quelques recettes de dessert santé ci-dessous.

 

La sucrerie fait référence aux bonbons, friandises, boissons sucrées, desserts sucrés (popsicles, crème glacée, gâteaux, biscuits, pâtisserie, pouding, etc.). Il faut faire attention de ne pas trop abuser des sucreries puisqu’elles sont souvent peu nutritives et contiennent beaucoup de gras et de sucre. Ces aliments ne doivent être mangés qu’à l’occasion.

 

Quelques idées de dessert santé

 

 

boule-denergie-chocolat-beurre-de-peanut

 

Que faire si mon enfant n’a plus faim, mais veut du dessert?

Oui, votre enfant a droit à une portion de dessert (pas deux ni trois)! Le dessert doit être présenté comme faisant partie d’un repas complet. En tant que parent, il vous appartient de choisir la qualité du repas et du dessert. L’enfant prendra la quantité qui satisfait sa faim.

 

Toutefois, faites attention de ne pas présenter le dessert comme une récompense. Votre enfant risque de développer une attraction au dessert au détriment du repas principal.

 

Que faire en visite chez des amis ou lors des occasions spéciales?

C’est correct de déroger aux règles lors des occasions spéciales. On peut lâcher prise; ça fait partie du moment spécial de l’enfant en visite chez les amis ou la famille. On célèbre et on a du plaisir!

 

En devenant parents, on se familiarise rapidement avec le concept du « lâcher-prise ». On apprend à accepter les écarts une fois de temps en temps. La famille et les amis aiment gâter nos enfants, et c’est parfait ainsi.

 

D’ailleurs, dites-vous que votre entourage peut jouer un rôle très positif face à la nourriture. Grâce à lui, votre enfant découvrira certainement de nouvelles saveurs et de votre côté, vous découvrirez peut-être de nouvelles stratégies pour faire aimer certains aliments à vos enfants.

 

Si vos enfants se font régulièrement garder, il est toutefois important d’établir des règles que vous aimeriez qu’ils respectent. Dès le départ, partagez-les avec vos proches ainsi que la routine alimentaire que vous aimeriez qu’ils suivent avec vos enfants. L’important est de vous écouter et de respecter vos valeurs. 

 

Quoi qu’il en soit, les choix que vous proposez à la maison auront une influence sur les choix que votre enfant fera à l’extérieur!

 

Halloween approche, on fait quoi avec la montagne de bonbons?

jeune-fille-sucon

 

L’Halloween est une occasion spéciale. C’est à vous de voir les règles que vous souhaitez établir. Toutefois, il faut faire attention avec les interdits. Tous les aliments sont permis, tout est une question de fréquence et de quantité. Il est important d’expliquer à votre enfant, avant de passer l’Halloween, qu’il ne pourra pas manger tous les bonbons d’un coup. Il devra d’abord les trier avec vous et vous vous entendrez sur un nombre à consommer le jour même et les jours suivants. Il n’y a pas de règles ici; à chacun sa méthode. De plus, il ne faut surtout pas oublier de se brosser les dents par la suite pour éviter les caries.

 

Mon enfant adore le sucre, dois-je m’inquiéter?

Le goût du sucre est inné. On naît avec une préférence pour ce qui est sucré. Plus les enfants mangent sucré, plus ils augmentent leurs préférences pour les aliments sucrés au détriment des autres aliments. D’où l’importance de les aider à développer leur goût pour les aliments peu sucrés dès leur plus jeune âge. On peut leur apprendre à faire de bons choix alimentaires; un yogourt avec fruits, des fruits frais, un pouding au riz maison, un pouding au chocolat maison à base de lait… C’est mieux que des biscuits et des gâteaux du commerce. D’ailleurs, il est important de favoriser les aliments le moins transformés possible : un grand plus pour la santé de nos petits!

 

3 conseils à garder en tête

Évitez d’utiliser des phrases comme « si tu ne manges pas tout le contenu de ton assiette, tu ne pourras pas avoir de dessert ». 

L’enfant pourrait alors se forcer pour finir son plat, même s’il n’a pas assez d’appétit. Cela pourrait aussi avoir comme conséquence de brouiller ses signaux de faim et de satiété et de développer l’habitude de manger plus qu’il n’en a besoin.

 

Tous les plats servis méritent de bons commentaires.

Pas uniquement les desserts. « Miam, que la soupe sent bon! » ou « regarde comme les légumes ajoutent de la couleur à ton assiette! ». Aucun aliment n’est donc mis en vedette au cours du repas.

 

On ne peut pas manger parfaitement à tous les repas.

L’important, c’est d’éviter de se culpabiliser. Il faut viser l’équilibre plutôt que la perfection.

 

 

Infolettre
Pour recevoir par courriel nos plus récents articles.
Abonnez-vous
Infolettre
Saine alimentation

Comment déjouer le marketing alimentaire?

Le marketing alimentaire vise à promouvoir un aliment parmi d’autres et influence les choix que nous faisons pour nourrir nos familles. Voici nos trucs pour l’éviter.

Comment déjouer le marketing alimentaire?

Les entreprises en alimentation investissent beaucoup d’argent dans en marketing alimentaire. Elles étudient nos habitudes, nos comportements, nos préférences, bref tout ce que nous faisons relativement à l’alimentation, adultes et enfants compris.

Peut-on faire confiance?

Bien que le marketing alimentaire puisse servir à promouvoir des aliments sains, comme les fruits et légumes, il vise plus souvent les aliments ultra-transformés qui sont habituellement peu nourrissants, riches en gras, sucre et sel.

4 trucs pour reconnaitre le marketing alimentaire

Voici quelques points à regarder pour dépister le maquillage alimentaire.

1. Emballage

  • Couleurs vives et personnages familiers pour attirer les enfants.
  • Couleurs et images inspirant la santé pour séduire les parents.
  • Formats pratiques, faciles à utiliser, mais pas toujours économiques!
  • Mots (« naturel », « 100 % pur », « authentique »…) et logos « santé » : impossible de s’y fier, car ils ne sont pas réglementés.
  • Allégations de type « riche en calcium » ou « faible en cholestérol » : reflet d’une partie de la qualité d’un produit seulement.

Petit conseil

Sur l’emballage, seuls le tableau de valeur nutritive et la liste d’ingrédients sont présentés sans intention de vente!

2. Prix

  • Rabais hebdomadaires, promotions de type « 3 pour 5 $ », bons de réduction, etc. 

Petit conseil

Les produits ne sont utiles que s’ils sont nécessaires, alors évaluez vos besoins réels pour éviter de gaspiller aliments et argent!

3. Étalages

  • Des produits à la hauteur des yeux qui attirent le regard de petits et grands (d’autres!).
  • Des produits au bout des allées qui semblent en vente, mais d’autres options peuvent être plus avantageuses si vous comparez les prix.
  • Des produits près des caisses qui encouragent les achats impulsifs (mais souvent non nécessaires, comme les barres chocolatées, boissons gazeuses, bonbons, etc.).

Petit conseil 

Soyez attentifs, d’autres options plus avantageuses peuvent être placées ailleurs dans les étalages!

4. Environnement

  • On stimule vos sens : dégustations ou échantillons, odeurs, couleurs. Ces stimulations servent à vous mettre en appétit et vous faire acheter des produits souvent non nécessaires et pas toujours bon marché.
  • Formats des paniers : plus votre panier est gros, plus vous pourriez être tenté de le remplir.

Petit conseil

Choisissez le format de panier en fonction de ce que vous avez à acheter. Allez faire l’épicerie le ventre plein et ne vous laissez pas influencer par les stimulations.

Impacts sur les enfants?

Nos enfants sont constamment exposés au marketing alimentaire, ce qui influence grandement leurs choix et leurs habitudes alimentaires.

En effet, nos enfants sont plus vulnérables et ils ont de la difficulté à faire la différence entre la réalité et la fiction. Ils deviennent rapidement fidèles à une marque. Ils disposent également d’un pouvoir de persuasion sur nous, les parents.

Plus ils sont exposés, plus ils ont tendance à consommer des aliments moins nutritifs. Ils développent ainsi de moins bonnes habitudes alimentaires à long terme, ils sont plus à risque de maladies chroniques.

Comment déjouer le marketing alimentaire?

C’est tout simple. Il suffit de planifier les repas et cuisiner avec des aliments de base des mets sains et savoureux.

Ce sont les meilleurs moyens pour déjouer le marketing alimentaire, économiser et encourager de saines habitudes alimentaires. Pour y arriver, on commence au supermarché, avec une liste d’épicerie que l’on suit, en mettant dans notre panier des aliments et des boissons :

  • frais ou les moins transformés possible;
  • sans emballage;
  • sans personnage, allégation ou logo santé sur l’emballage;
  • avec une liste d’ingrédients courte et facile à comprendre.
De temps en temps
Rien n’empêche de manger à l’occasion des aliments ultra-transformés. C’est lorsque ces aliments se retrouvent au menu trop souvent, en trop grandes quantités, qu’il faut en prendre conscience et changer nos habitudes petit à petit. Le marketing alimentaire tentera toujours d’influencer nos comportements, nos préférences, nos choix. Et pas toujours dans la meilleure direction!

À lire aussi : Emballages trompeurs : des trucs pour faire des choix sains

Par Fondation OLO

Infolettre
Pour recevoir par courriel nos plus récents articles.
Abonnez-vous
Infolettre