Saine alimentation

Carburez-vous aux Labriski?

Article -

Mériane Labrie, alias Madame Labriski, a créé son personnage dans la foulée de la recherche intense de collations santé sans sucre ni gras. Insatisfaite des produits du commerce, elle a décidé de mettre la main à la pâte… 

Carburez-vous aux Labriski?

Après bien des essais et erreurs à cuisiner durant son congé de maternité en 2011, Mériane Labrie a développé des recettes à base de purée de dattes et les a diffusées d'abord dans Facebook, pour ses amis, puis dans son blogue où elle s'amuse à faire des vidéos rigolotes dans sa cuisine laboratoire.

 

 

La marque Madame Labriski est créée en octobre 2012. Depuis, son deuxième enfant est né en 2015 et le livre Madame Labriski Ces galettes dont tout le monde parle a vu le jour en septembre 2016. Que de chemin parcouru depuis sa mission première, soit d'éliminer le sucre raffiné et le gras dans les biscuits!

 

Au départ

 

«Je fais beaucoup de course à pied et je suis marathonienne, explique la jeune mère entrepreneure. C'est important pour moi de manger des aliments de qualité et je cherchais des galettes santé pour maximiser la récupération sportive après l'effort. Je suis aussi une fille de marketing et de communications, cofondatrice de l’agence d’idéation 21 grammes – Donnez de l’âme à votre marque. Je me suis autoproclamée missionnaire de l'alimentation santé et j'en fais la promotion de façon amusante, avec des noms de recettes qui font sourire, comme les galettes mognons d'ourson au lieu de pattes d'ours.»

Les fameux "mognons d'ourson" de Madame Labriski!

 

Sa manière aussi de nommer les choses à la russe, en «–ski», dont son nom de personnage et ses exclamations (miamski!) personnalise ses interventions. Madame Labriski est devenue une marque numérique forte qui attire l'attention. Sa popularité va en grandissant, au point où son livre, paru en septembre dernier avec un tirage de 3500 exemplaires, s'est envolé en cinq jours! L'éditeur a dû en réimprimer… 65 000 !

 

Galettes à la fois saines et délicieuses

Même si Mériane Labrie n'est pas diététiste, les spécialistes de la nutrition ont savamment analysé ses recettes et les approuvent entièrement, les recommandant même à leurs clients diabétiques ou intolérants au lactose, au gluten…

 

«La particularité de mes galettes est qu'elles sont à base de purée de dattes séchées, un fruit au goût le plus neutre et qui est rempli de fibres», explique Mme Labrie au sujet du pouvoir sucrant de la datte et de sa combinaison facile avec n'importe quel autre ingrédient, puisque son goût n'est pas très prononcé.

 

«J'en ai taponné, de la pâte à galettes, avant d'en arriver là! Elles sont faciles à faire, même ma fille de 5 ans en fait. Durant le Salon du livre, beaucoup d'enfants de 9 ou 10 ans voulaient que je leur dédicace mon livre de recettes.»

 

Le message est que les collations santé n'ont pas besoin d'être fades et difficiles à cuisiner. Les Labriskis sont des galettes sans calories vides, sans gras ni sucres ajoutés, tout en étant savoureuses. «Par exemple, mes brownies sont à faire retrousser les orteils, tellement ils sont bons!» Mériane Labrie a d’ailleurs accepté de partager sa recette avec les lecteurs de WIXXMAG pour en témoigner !

 

 

Parmi ses projets, l'entrepreneure continue de sortir des recettes dans son site Internet et à faire des tournées de promotion visant à encourager les Québécois à bouger, à prendre soin d’eux et à bien s'alimenter. Elle lancera un t-shirt intitulé «Je carbure aux Labriskis» qu'elle vendra dans sa boutique en ligne où l'on peut déjà se procurer des tabliers et son livre (qui contient des recettes exclusives, non diffusées dans son site).

 

À vos cuillères de bois en famille, maintenant!

 


 

Mériane Labrie est l’auteure de Madame Labriski – Ces galettes dont tout le monde parle

 

 

 

Vous pouvez la suivre sur son site web : madamelabriski.com

 

Infolettre
Pour recevoir par courriel nos plus récents articles.
Abonnez-vous
Infolettre
Saine alimentation

5 tendances alimentaires à repenser en 2017

Article -

Comment bien s’alimenter? S’il est une question primordiale, de nos jours, c’est bien celle-là. Suffit d’ouvrir un magazine et de surfer sur son fil Facebook ou sur Pinterest pour rencontrer toutes sortes de modes et de tendances alimentaires. 

5 tendances alimentaires à repenser en 2017

Qu’est-ce qui est véritablement « bon » pour notre santé? De quelles tendances alimentaires doit-on se méfier?

 

La nutritionniste Catherine Lefebvre, auteure du livre Sucre, vérités et conséquences, a répondu à nos questions, pour nous aider à démêler le tout et surtout, à ne pas prendre de résolutions alimentaires pour rien!

 

1. Devrions-nous remplacer le sucre dans notre alimentation par des édulcorants de type Splenda?

 

« Lorsque nous mangeons du vrai sucre, notre cerveau sécrète de la dopamine, l’hormone du plaisir et de la récompense. Progressivement, la sécrétion de dopamine diminue au fur et à mesure que nous mangeons, ce qui explique pourquoi la première bouchée est toujours la meilleure.

 

Comme le goût de sucre est habituellement un signe physiologique de récompense, il est normal que nous nous attendions inconsciemment a? une sécrétion de dopamine lorsque nous consommons des édulcorants artificiels.

 

Sauf que le cerveau ne semble pas percevoir les édulcorants de la même façon que le sucre, ce qui pourrait expliquer pourquoi nous avons tendance a? compenser en mangeant des aliments véritablement sucrés par la suite, dans l’espoir d’avoir enfin droit a? une réelle dose de plaisir. En fin de compte, cela ne fait qu’entretenir notre goût pour le sucre. »
 

2. Les jus verts et les smoothies sont-ils santé?

 

« Le hic avec les jus de toutes les couleurs, c'est que les fibres sont retirées des fruits et des légumes. Et ce sont ces fibres qui ralentissent l'absorption du sucre, en plus de calmer la faim.

 

Les sucres dans les jus, même ceux fraîchement pressés à froid, sont des sucres libres. Et puisqu'ils sont sous forme liquide, il est d'autant plus facile d'en avaler de grandes quantités, comme pour toutes les autres boissons sucrées.

 

Dans le cas des smoothies par contre, on ajoute habituellement le fruit et le légume au complet. On conserve donc les fibres. C'est mieux. » 

 

3. Que doit-on penser du régime paléo, un régime qui préconise l’adoption d’aliments qui auraient pu être mangés… à l’époque paléolithique, c’est-à-dire principalement des fruits, des noix, des viandes, mais pas de produits laitiers, de céréales et de légumineuses?

« Ça va bien finir par passer! Honnêtement, il n'y a pas d'études faites sur un large échantillon pendant plusieurs années qui démontrent les bienfaits réels de ce mode d'alimentation. S'il y a une chose à laquelle l'être humain ne s'est pas adapté, ce sont les aliments ultra-transformés et les boissons sucrées qui ont fait leur grande apparition principalement après l'industrialisation. »

 

4. Une alimentation « végane » est-elle nécessairement santé?

« L'alimentation végane a certainement plusieurs avantages pour réduire considérablement notre empreinte écologique. Pourvu que les aliments ultra-transformés "véganes" ne fassent pas partie des habitudes alimentaires.

 

Après, il faut tout de même être plutôt bien informé pour s'assurer de ne pas manquer de protéines et considérer la prise d'un supplément de vitamine D et de vitamine B12.

 

Cette dernière n'est présente sous forme assimilable par le corps que dans les aliments de source animale ou dans les produits enrichis, comme les boissons végétales et la levure alimentaire de type Red Star. La vitamine B12 naturellement présente dans le miso et la spiruline n'est malheureusement pas absorbée par le corps. »

 

5. L’huile de coco représente-t-elle un bon gras?

 

« L'huile de noix de coco est majoritairement composée de gras saturés (environ 90%). Ces gras ont longtemps mis au banc des accusés, à cause de leur tendance à augmenter le taux de cholestérol sanguin.

 

Les plus récentes études au sujet de l’impact des saturés sur la santé cardiovasculaire ont remarqué que les acides gras à chaîne moyenne ont un effet modeste sur le cholestérol, comparativement aux acides gras à chaîne longue, comme ceux surtout présents dans le beurre par exemple. 

 

Il n'en reste pas moins que les gras insaturés, comme ceux surtout présents dans le poisson, la plupart des noix et les graines, demeurent les plus intéressants pour la santé du cœur. Puis, pour prévenir les maladies cardiovasculaires, c’est l’adoption d'un mode de vie sain qui procure les plus grands bienfaits à long terme. »

 


 

La nutritionniste Catherine Lefebvre est l'auteure du livre Sucre, vérités et conséquences

 

 

Infolettre
Pour recevoir par courriel nos plus récents articles.
Abonnez-vous
Infolettre