Santé psychologique

Le sport professionnel : un choix de vie

Article -

Lorsqu’un jeune souhaite faire carrière dans le sport professionnel, il doit être prêt à faire de nombreux sacrifices. Et ses parents aussi. La joueuse de soccer Marie-Ève Nault raconte son expérience.

Le sport professionnel : un choix de vie

Dès qu’elle a su se tenir sur ses deux jambes, Marie-Ève Nault a commencé à botter tout ce qui se trouvait sur son passage : les ballons, les jouets… et même le chien! Il était donc tout naturel pour ses parents de l’inscrire au soccer à 7 ans. Ce qui n’était pas une mauvaise idée, puisqu’elle a gagné la médaille de bronze avec son équipe aux Jeux olympiques de Londres en 2012.

 

Source: Internet

 

Un gain qui ne s’est pas fait sans effort. « C’est surtout au niveau des sorties et de l’alimentation qu’il faut faire des sacrifices. À 31 ans, je vois les gens de mon entourage acheter des maisons et avoir des enfants, mais mon rythme de vie ne me le permet pas encore », raconte celle qui partage présentement son temps entre le Québec et la Suède, où elle joue pour le KIF Örebro. « Être une joueuse professionnelle est un choix de vie et je l’assume. Et le soccer demeure malgré tout ma passion. »

 

Un choix de vie pour les jeunes…et leurs parents

Mais elle n’est pas la seule à avoir fait des concessions. L’implication de ses parents a aussi été nécessaire à l’atteinte de ses objectifs. « Au secondaire, je devais me rendre régulièrement au Centre national de haute performance de la Fédération de soccer du Québec à Montréal. Comme j’habitais à Trois-Rivières, il fallait faire l’aller-retour deux ou trois par semaine. Mon père prenait congé du travail. Il avait son entreprise et ça lui permettait de le faire, mais ce n’était pas évident », se remémore-t-elle.

 

Source: rds.ca 

 

« Mes parents m’ont toujours supportée, sans jamais me pousser ou me mettre trop de pression. C’était mon choix », souligne celle qui aurait la même attitude face à un enfant souhaitant faire carrière dans le milieu sportif.

 

« Mes parents m’ont aidé à réaliser mon rêve de participer aux Jeux olympiques. Ça a été toute une expérience de pouvoir vivre ça.  Ce serait donc la moindre des choses de faire de même si j’avais un enfant qui se destinait au sport professionnel. Je crois que chaque parent devrait aider son enfant à se réaliser, que ce soit dans le sport, la musique ou n’importe quel autre domaine!»

Infolettre
Pour recevoir par courriel nos plus récents articles.
Abonnez-vous
Infolettre
Santé psychologique

ÉquiLibre : Remettre en question le modèle unique de beauté

La quête du corps parfait empêche les jeunes d’acquérir de saines habitudes de vie. Pour les aider à remettre en question le modèle unique de beauté, l’organisme ÉquiLibre propose cinq activités concrètes à faire avec les jeunes à différents moments dans l’année! 

ÉquiLibre : Remettre en question le modèle unique de beauté

Des filles grandes et minces, des hommes musclés et bronzés, des cheveux bien coiffés, des sourires immaculés… voilà la façon dont sont le plus souvent représentés la femme et l’homme dans le monde de la mode, des médias et de la publicité.

 

 

Or, ces images de corps parfaits qu’on voit à la télé, sur les panneaux publicitaires et dans les magazines de mode sont loin d’être inoffensives. Chez les adolescents, la quête du corps parfait mène trop souvent à une préoccupation excessive à l’égard de leur poids. Bon nombre d’entre eux adopteront des habitudes alimentaires néfastes, comme sauter des repas, se mettre au régime ou consommer des suppléments alimentaires non vérifiés. D’autres commenceront à s’entraîner de façon intensive dans le but de gagner de la masse afin de tendre vers leur idéal musclé.

 

À l’opposé, certains jeunes cesseront de pratiquer des activités physiques. On peut penser aux jeunes filles qui éviteront le cours d’éducation physique et à la santé pour ne pas nuire à leur coiffure ou leur maquillage, ou encore au garçon maigrichon – ou obèse – qui subira de l’intimidation dans le vestiaire. Pour tous ces jeunes préoccupés par leur poids et leur image, manger et bouger ne sont plus synonymes de plaisir, mais plutôt des actions contraignantes et désagréables qu’ils font dans le seul but de se conformer à un modèle de beauté irréaliste.

 

Les problèmes d’insatisfaction corporelle chez les jeunes méritent l’attention des parents et des intervenants jeunesse. Ces problèmes ont des répercussions importantes sur la santé et le bien-être de nos jeunes, et viennent interférer avec l’adoption de saines habitudes de vie. Bien sûr, nous souhaitons amener les jeunes à mieux manger et à bouger, dans une perspective de santé et de développement global. Dans cette optique, il est essentiel de considérer le développement d’une image corporelle positive chez les jeunes.

 

Voici cinq ressources proposées par l’organisme ÉquiLibre pour accompagner les jeunes dans le développement d’une image corporelle positive, en passant par la remise en question du modèle unique de beauté.

 

Derrière le miroir

 

 

Derrierelemiroir.ca est un site Web interactif, entièrement destiné aux jeunes. On y retrouve des jeux-questionnaires, un blogue écrit par des jeunes, une vaste section de ressources utiles et des concours. Le site invite les jeunes à remettre en question le modèle unique de beauté et à participer activement au changement des normes sociales de beauté. Parlez-en avec les jeunes autour de vous!

 

Le Prix IMAGE/in

 

 

Décerné par les jeunes, le Prix IMAGE/in félicite des entreprises québécoises en faveur d’une représentation saine et diversifiée du corps dans le monde de la mode, des médias et de la publicité. Il existe deux moments-clés dans l’année pour parler du Prix IMAGE/in avec les jeunes :

Le concours Défilez sans cliché

 

 

Dès l’hiver, les jeunes pourront participer à la troisième édition du concours Défilez sans cliché. Pour ce faire, ils devront rédiger un court texte dans lequel ils lancent un message à l’industrie de la mode, des médias et de la publicité sur la représentation du corps qu’ils souhaiteraient voir autour d’eux. Pour tous les détails, visitez le site web.

 

La Semaine « Le poids? Sans commentaire! »

 

 

Même si la Semaine a lieu en novembre, il peut être intéressant d’utiliser les ressources à l’intention des intervenants jeunesse pendant toute l’année! Le but : sensibiliser la population, les jeunes comme les adultes, au fait que les commentaires sur le poids sont trop présents dans nos conversations et qu’ils contribuent à augmenter l’insatisfaction corporelle en renforçant les normes sociales de minceur.

 

Sur le site www.lepoidssanscommentaire.ca, on retrouve un test interactif pour mesurer la place qu’occupe le poids dans nos conversations, des contraventions d’estime, des vidéos où des personnalités connues nous livrent des témoignages et des vignettes qui illustrent des situations de la vie quotidienne en lien avec les commentaires sur le poids.

 

Mouvement NXRMAL

 

 

NXRMAL est un mouvement par et pour les jeunes en faveur de la diversité corporelle et de l’acceptation de son corps. Ensemble, ils revendiquent  un changement social des perceptions associées au corps et à ses standards. Invitez les jeunes autour de vous à se joindre au mouvement!

 

Par Anouck Senécal, Dt. P., Chef de campagne, ÉquiLibre

Infolettre
Pour recevoir par courriel nos plus récents articles.
Abonnez-vous
Infolettre