Santé physique

Rafale d’activités pour les jeunes filles!

Article -

Vous vous sentez à court d’idées à proposer à votre fille qui a entre 9 et 13 ans? Ces quelques suggestions d’activités – à pratiquer même durant la saison froide – auront de quoi vous ravigoter… et la faire bouger! Fini, la panne sèche!

Rafale d’activités pour les jeunes filles!

Des activités « cool » pour tous les genres

En observant la programmation des activités offertes dans les centres sportifs, vous découvrirez des dizaines d’activités ciblées pour les 9-13 ans. Dans cette longue liste, votre préado trouvera sûrement chaussure à son pied. Des exemples « cool »? L’aéroboxe, l’escrime, le patinage libre, le Pilates, l’escalade intérieure, le hockey-cosom… de quoi plaire même aux plus difficiles.

 

Votre fille a plus de 12 ans? Dans la plupart des centres, elle aura fort probablement accès à la salle d’entraînement. Avoir un programme sur mesure et s’entrainer avec les grands, c’est possible!

 

Pour en savoir plus : www.ymcaquebec.org, www.nautilusplus.com, www.energiecardio.com   

 

Découvrir les arts du cirque

Plusieurs écoles offrent des ateliers de cirque pour les jeunes de tous les niveaux. Par exemple, à l’École nationale de cirque de Québec, il y a un atelier d’introduction de trois heures intitulé « Allons au cirque! »

 

Dans un environnement ludique et sécuritaire, votre fille pourrait se découvrir une passion ou des talents cachés pour le trampoline, la jonglerie, le monocycle, le fil de fer ou les disciplines aériennes (trapèze, tissu, etc.). De plus, ces activités sont réputées pour favoriser le développement de la concentration, la coordination, la perception spatiale, la force, la souplesse, la discipline, la mémoire et la créativité.

 

Dans la région de Montréal, on peut en faire autant notamment à l’École de cirque de Verdun

 

Bouger, dans le confort de son salon

Votre fille est une passionnée de jeux vidéo? Et si elle s’adonnait à des jeux actifs sur son Wii Sport ou son Xbox 360 Kinect avec Just Dance 3 ? Plusieurs autres jeux sur ces consoles permettent de se défouler en faisant de la Zumba, de l’aérodanse et même du yoga! Qui a dit que le salon est synonyme d’enracinement devant le téléviseur?

 

Marcher avec pitou

Et si votre fille offrait ses services, la fin de semaine, pour promener les chiens du voisinage? Une excellente façon pour elle de faire de l’exercice et, du même coup, un peu d’argent de poche!

 

Apprendre à danser, pas à pas

Le sport, ce n’est pas la tasse de thé de votre préado? La danse serait peut-être une option valable. Votre fille pourrait être tentée d’essayer le hip hop, la claquette, la danse africaine, le breakdance, le swing… voire le ballet ou le ballet jazz.

 

On trouve des écoles de danse aux quatre coins du Québec. Il y en a sûrement une près de chez vous. Et si vous alliez y faire un tour avec elle pour savoir de quoi il en retourne? À vous de jouer!

 

 

Vous chezchez d’autres idées pour faire bouger les filles? Consultez notre dossier Filles et activité physique

 

Infolettre
Pour recevoir par courriel nos plus récents articles.
Abonnez-vous
Infolettre
Santé physique

4 avantages de l’activité physique pour développer les habiletés sociales des jeunes

Article -

S’amuser entre amis tout en développant des habiletés sociales c’est non seulement possible, c’est souhaitable. Et ce serait même la combinaison idéale pour amener les plus jeunes à s’engager dans la pratique d’une activité physique à laquelle ils resteront fidèles.

4 avantages de l’activité physique pour développer les habiletés sociales des jeunes

Adopter

« L’activité physique peut être un moyen d’atteindre divers objectifs. La forme physique, bien sûr, mais aussi la création d’amitiés solides et d’un réseau de soutien », explique Martin Gendron, professeur en sciences de l’éducation à l’Université du Québec à Rimouski.[1]

 

« S’ils tiennent à leurs amis, ils (les jeunes) tenteront de se joindre à des activités communes, jusqu’à essayer des loisirs qu’ils n’auraient pas considérés autrement. Parce qu’ils les percevaient comme trop solitaires, tel le vélo, ou parce qu’ils ne les connaissaient pas, comme la crosse », remarque François Bowen, professeur à la Faculté des sciences de l’éducation de l’Université de Montréal.

 

Collaborer

Le programme PIJ (Programme d’intégration jeunesse) du YMCA de Hochelaga-Maisonneuve cherche à prévenir les risques de délinquance grâce au ju-jitsu, un art martial japonais. Le lien social et la solidarité entre les participants favorisent en partie l’acceptation des règles et des contraintes pour ces préadolescents qui n’aiment pas toujours le rapport d’autorité. « Le sens de l’entraide et la transmission du respect ne s’apprennent pas aussi facilement par le sport individuel », constate Fannie Couture, coordonnatrice du programme PIJ.

 

« Nos jeunes vont spontanément à la salle de sport ensemble pour parfaire leur entraînement. Mais, surtout, ils manifestent attention et affection les uns pour les autres. Un aimant les ramène toujours à cette zone inclusive où ils n’ont pas d’obligation de performance, et où le sens de la compétition est bien amené », croit-elle encore.

 

Découvrir

Chez les Scouts, l’uniforme crée un premier lien spontané entre les membres, que le sens de l’entraide vient consolider. « Ballon-ballet, hockey, escalade, natation, voile, canot, ils touchent à toutes sortes de sports, côtoient beaucoup d’autres jeunes et ont hâte de retrouver leurs amis toutes les semaines », commente Alain Boulet, responsable de secteur chez Scouts Canada. Ils se fréquentent souvent en dehors de leurs activités de scoutisme, car les groupes sont divisés par quartiers. « On voit régulièrement des enfants évoluer à la fois sportivement et socialement, et avoir suffisamment confiance en eux pour se lancer dans plusieurs types de sports. Les garçons sont particulièrement sensibles aux bénéfices qu’on peut retirer de la saine compétition », rapporte-t-il. (http://www.scoutsducanada.ca)

 

Risquer

Aux abords de la station Préfontaine, à Montréal, le skate-parc offre un climat pacifique aux adeptes de tous les âges qui se connaissent bien. Le soir et la fin de semaine, le groupe des 9-13 ans y apporte planches, patins et trottinettes pour s’exercer dans la demi-lune. La passion des skateurs pour la planche et pour les figures qu’ils tentent d’exécuter est tangible. Entêtement, perfectionnement et volonté d’acier sont au rendez-vous.

 

« On a le réflexe d’accompagner, d’encourager, mais pas de juger ou d’écraser les autres, surtout les plus petits », dit Jonathan, 30 ans, qui fréquente les lieux depuis 8 ans. Les plus vieux prennent naturellement l’initiative d’intervenir auprès des plus jeunes pour assister les chutes et régler les conflits, s’il y lieu. « Alors que la présence d’un surveillant ou d’un entraîneur s’avère la plupart du temps nécessaire pour baliser le jeu, certains milieux peuvent étonnamment faire exception à la règle et fonctionner par autorégulation », observe François Bowen qui parle d’une culture de liberté dans le cas du skateboard.

 

Qu’apporte au juste la pratique de la planche? « Plein de choses! Habiletés sociales, mais surtout gestion de la peur et des risques. Toutefois, cela reste un exercice dangereux et le contact avec les adeptes plus âgés n’est pas sain à tout coup, s’ils fument ou s’ils apportent de la bière au skate-parc. C’est pourquoi les parents doivent discuter ouvertement de ces questions, quels que soient les lieux que fréquentent leurs enfants, pour les préparer à ce genre d’influences », dit André Ngaka, animateur intervenant de la Maison de jeunes MAGI du quartier Mercier, qui possède ses propres installations[2].


[1] Campus de Lévis.

[2] Ce n’est pas en planche à roulettes que les jeunes se blessent le plus, mais dans les sports de combat, au hockey et au football. Étude des blessures subies au cours de la pratique d’activités récréatives et sportives au Québec en 2009-2010, Direction de l’analyse et de l’évaluation des systèmes de soins et services, mai 2012, Institut National de santé publique du Québec.

 

Infolettre
Pour recevoir par courriel nos plus récents articles.
Abonnez-vous
Infolettre