Santé physique

Les jeux vidéo actifs n’augmentent pas le niveau d’activité physique quotidien des jeunes

Article -

À la suite de l’étude rigoureuse des principales recherches réalisées dans le monde sur les jeux vidéo actifs, l’organisme Jeunes en forme Canada a annoncé, en novembre 2012, qu’il ne recommande pas ces jeux comme stratégie pour aider les enfants à être plus actifs physiquement. Jean-Philippe Chaput, professeur à l’École des sciences de l’activité physique de l’Université d’Ottawa, et membre du groupe de recherche sur les saines habitudes de vie et l’obésité du Centre hospitalier pour enfants de l’est de l’Ontario, a participé aux recherches. Il nous explique ce qui a permis de conclure que les jeux vidéo actifs n’augmentent pas l’activité physique quotidienne chez les jeunes.

Les jeux vidéo actifs n’augmentent pas le niveau d’activité physique quotidien des jeunes

Jouer à un jeu vidéo actif, c’est quand même mieux que de rester assis à ne rien faire?

C’est mieux que de rester assis, en effet. Mais, si le jeune joue à un jeu vidéo actif au lieu d’aller jouer dehors à un jeu actif plus spontané, ce n’est pas bon. Or, nos recherches ont permis de constater un effet de compensation. Le jeune aurait tendance à remplacer des jeux extérieurs par le jeu vidéo actif. Il va bouger plus lorsqu’il va jouer au jeu, mais le reste de la journée il va bouger moins.

 

Quels sont les autres éléments qui vous ont convaincu de ne pas recommander les jeux vidéo actifs?

Tout d’abord, les jeunes qui passent plus de temps à l’intérieur ont moins de vitamine D, car il faut être exposé à la lumière du soleil pour en obtenir. D’autre part, ils ont moins d’interactions sociales que les jeunes qui jouent à l’extérieur, ce qui peut entraîner des effets secondaires à long terme. Des études montrent aussi qu’ils mangent plus parce qu’ils sont plus près du garde-manger et du frigo. Enfin, à long terme, les jeunes qui jouent aux jeux vidéo actifs les délaissent pour revenir aux jeux vidéo passifs qui sont mieux faits. Selon les études, les jeunes arrêtent de jouer aux jeux vidéo actifs après environ trois mois, parfois même moins. Par conséquent, si les parents achètent ces jeux dans le but de faire bouger leurs jeunes, il faut qu’ils sachent que cela ne fonctionne pas.

 

Les jeux vidéo actifs axés sur les sports peuvent-ils donner aux jeunes l’envie de pratiquer ces sports?

Le contrôle moteur, dans les jeux vidéo, est très différent du vrai sport. Faire de la planche à neige sur un jeu vidéo actif, ce n’est pas la même chose que faire de la planche à neige sur une vraie montagne. Même si cela imite un environnement sportif, ce n’est pas comme le vrai sport. D’ailleurs, les chercheurs ont constaté que le contrôle moteur a diminué chez les jeunes depuis quelques années. En 2012, ils sont moins bons qu’en 1970 lorsqu’on leur demande d’attraper une balle ou de sauter par-dessus un obstacle. Et c’est sans doute lié au fait qu’ils sont moins exposés à des environnements extérieurs avec différents sports.

 

Les parents se fient-ils trop aux jeux vidéo actifs pour faire bouger leurs enfants?

Oui, parce qu’ils veulent faire plaisir à leurs enfants et savent que les jeunes aiment ça. Entre acheter un jeu vidéo passif ou un jeu vidéo actif, il vaut mieux acheter un jeu actif, c’est certain. Mais le vrai sport demeure plus bénéfique que le jeu (vidéo) actif. Le meilleur conseil à donner aux parents est d’être de bons modèles pour leurs enfants. Par nature, les enfants sont actifs physiquement. Ils sont limités par leurs environnements. Lorsque les parents sont de bons modèles, cela incite les jeunes à sortir.

Infolettre
Pour recevoir par courriel nos plus récents articles.
Abonnez-vous
Infolettre
Santé physique

Rafale d’activités pour les jeunes filles!

Article -

Vous vous sentez à court d’idées à proposer à votre fille qui a entre 9 et 13 ans? Ces quelques suggestions d’activités – à pratiquer même durant la saison froide – auront de quoi vous ravigoter… et la faire bouger! Fini, la panne sèche!

Rafale d’activités pour les jeunes filles!

Des activités « cool » pour tous les genres

En observant la programmation des activités offertes dans les centres sportifs, vous découvrirez des dizaines d’activités ciblées pour les 9-13 ans. Dans cette longue liste, votre préado trouvera sûrement chaussure à son pied. Des exemples « cool »? L’aéroboxe, l’escrime, le patinage libre, le Pilates, l’escalade intérieure, le hockey-cosom… de quoi plaire même aux plus difficiles.

 

Votre fille a plus de 12 ans? Dans la plupart des centres, elle aura fort probablement accès à la salle d’entraînement. Avoir un programme sur mesure et s’entrainer avec les grands, c’est possible!

 

Pour en savoir plus : www.ymcaquebec.org, www.nautilusplus.com, www.energiecardio.com   

 

Découvrir les arts du cirque

Plusieurs écoles offrent des ateliers de cirque pour les jeunes de tous les niveaux. Par exemple, à l’École nationale de cirque de Québec, il y a un atelier d’introduction de trois heures intitulé « Allons au cirque! »

 

Dans un environnement ludique et sécuritaire, votre fille pourrait se découvrir une passion ou des talents cachés pour le trampoline, la jonglerie, le monocycle, le fil de fer ou les disciplines aériennes (trapèze, tissu, etc.). De plus, ces activités sont réputées pour favoriser le développement de la concentration, la coordination, la perception spatiale, la force, la souplesse, la discipline, la mémoire et la créativité.

 

Dans la région de Montréal, on peut en faire autant notamment à l’École de cirque de Verdun

 

Bouger, dans le confort de son salon

Votre fille est une passionnée de jeux vidéo? Et si elle s’adonnait à des jeux actifs sur son Wii Sport ou son Xbox 360 Kinect avec Just Dance 3 ? Plusieurs autres jeux sur ces consoles permettent de se défouler en faisant de la Zumba, de l’aérodanse et même du yoga! Qui a dit que le salon est synonyme d’enracinement devant le téléviseur?

 

Marcher avec pitou

Et si votre fille offrait ses services, la fin de semaine, pour promener les chiens du voisinage? Une excellente façon pour elle de faire de l’exercice et, du même coup, un peu d’argent de poche!

 

Apprendre à danser, pas à pas

Le sport, ce n’est pas la tasse de thé de votre préado? La danse serait peut-être une option valable. Votre fille pourrait être tentée d’essayer le hip hop, la claquette, la danse africaine, le breakdance, le swing… voire le ballet ou le ballet jazz.

 

On trouve des écoles de danse aux quatre coins du Québec. Il y en a sûrement une près de chez vous. Et si vous alliez y faire un tour avec elle pour savoir de quoi il en retourne? À vous de jouer!

 

 

Vous chezchez d’autres idées pour faire bouger les filles? Consultez notre dossier Filles et activité physique

 

Infolettre
Pour recevoir par courriel nos plus récents articles.
Abonnez-vous
Infolettre