Santé physique

Les enfants actifs ont un cerveau musclé

Article -

On connaît depuis longtemps l’adage « un esprit sain dans un corps sain ». On peut aujourd’hui le démontrer. Dave Ellemberg, docteur en neuropsychologie et professeur au Département de kinésiologie de l’Université de Montréal, a dirigé plusieurs études qui montrent que l’activité physique a un effet bénéfique sur le fonctionnement du cerveau des enfants.

Les enfants actifs ont un cerveau musclé

 

Faut-il encourager notre enfant à réviser ses notes juste avant un examen? 

« Absolument pas, s’empresse de répondre le neuropsychologue Dave Ellemberg. Faites-le courir! Il va mieux se concentrer, prendre de meilleures décisions, mieux réfléchir. »

 

Des bienfaits sur-le-champ!

On sait que l’exercice physique accroît l’activité du cerveau aussi bien chez les adultes que chez les enfants. Mais, peut-on observer les effets directs de l’activité physique sur les fonctions cognitives des enfants? Pour le savoir, les chercheurs ont fait passer des tests évaluant divers aspects de la cognition à un groupe d’enfants de 8 à 12 ans, immédiatement après une séance d’exercice. La moitié des enfants a fait du vélo entre les tests, alors que l’autre moitié n’a rien fait. Après 20 ou 30 minutes d’exercice à intensité moyenne, souligne Dave Ellemberg, les enfants actifs ont pris de meilleures décisions, en faisant moins d’erreurs, mais aussi en étant plus rapides. Ils arrivaient également à mieux se concentrer que le groupe contrôle resté inactif.

 

« Ce qui m’intéresse, c’est la capacité qu’on a de pouvoir modifier la façon dont notre cerveau fonctionne pour mieux l’exploiter. Et l’exercice permet cela. »

 

Un cerveau plus « musclé »

Dave Ellemberg a également évalué l’effet à plus long terme de la pratique régulière d’activités physiques sur le cerveau des enfants. Après 8 ou 10 semaines à faire de l’exercice, les enfants obtiennent de meilleurs résultats à plusieurs tests cognitifs. Les enfants qui bougent régulièrement et qui font de l’activité physique sont plus alertes pendant toute la journée, pas seulement après l’effort physique, précise Dave Ellemberg. Ils sont plus attentifs et ils ont de meilleures capacités de mémorisation. On constate par ailleurs une amélioration globale des fonctions cérébrales. Bref, l’activité physique ne muscle pas seulement les biceps!

 

« Lorsqu’on fait du sport, on augmente l’apport d’oxygène et certains des neurotransmetteurs dans le cerveau. Le cerveau respire mieux et les neurones communiquent mieux, plus rapidement. »

 

Quand le courant passe…

Les enfants actifs ont, sans contredit, un cerveau en meilleure forme. Dans une autre étude, des chercheurs en kinésiologie de l’Université de Montréal ont observé plus directement la rapidité de la réponse des neurones chez les enfants actifs, grâce à l’électroencéphalographie, une technique qui mesure l’activité électrique du cerveau à l’aide d’électrodes. Des enfants de 9 à 11 ans ont été soumis à des mesures d’électroencéphalogramme immédiatement après une séance d’exercice. On a alors observé chez ces jeunes une augmentation de l’activité de certains groupes de neurones associés à l’attention et à la concentration. Cet état de vigilance accrue dure au moins 30 minutes après l’exercice.

 

Voilà une autre bonne raison d’inciter nos enfants à bouger! Comme parent, enseignant, entraîneur ou intervenant, nous avons tout à gagner à avoir des jeunes non seulement en santé, mais aussi alertes et concentrés.

Infolettre
Pour recevoir par courriel nos plus récents articles.
Abonnez-vous
Infolettre