Santé physique

Le jeu libre, un précieux atout à l’école

Article -

Une des meilleures façons de préparer son enfant à l’école, c’est de le laisser jouer, tout simplement. Les bienfaits du jeu libre sont multiples et peuvent même influencer le cheminement scolaire d’un élève. La psychologue et psychothérapeute Nathalie Parent répond à nos questions sur ce sujet qui lui tient beaucoup à cœur.

Le jeu libre, un précieux atout à l’école

D’abord, qu’est-ce que le jeu libre?

C’est quand les enfants décident par eux-mêmes de s’amuser avec ce qui les entoure, comme jouer dehors par exemple. On n’est pas dans le jeu libre quand c’est le parent qui décide du jeu.

 

« Le jeu libre permet d’extérioriser les tensions et les émotions accumulées dans la journée. En évacuant le stress, les enfants se rendent beaucoup plus disponibles à recevoir une information par la suite. » – La psychologue et psychothérapeute Nathalie Parent.

 

Y a-t-il d’autres ennemis au jeu libre?

La télévision et les jeux électroniques tuent le jeu libre. Des études ont démontré que les jeux électroniques permettent de développer la rapidité d’exécution, mais bloquent par contre le développement d’autres sphères du cerveau, à commencer par la créativité. Alors que le jeu libre stimule cette créativité, qui sera très utile à l’école, tout particulièrement en français. Par le jeu libre, les enfants apprennent aussi à trouver des solutions lorsqu’ils vivent des difficultés, puis à négocier avec les autres enfants avec qui ils jouent.

 

En quoi le jeu libre aide-t-il les élèves à l’école?

Le jeu libre permet d’extérioriser les tensions et les émotions accumulées dans la journée. En évacuant le stress, les enfants se rendent beaucoup plus disponibles à recevoir une information par la suite. Plus ils sont jeunes et plus ils ont besoin d’évacuer physiquement. Les récréations et l’heure du dîner servent à cela. Il faut donc éviter à tout prix de punir un élève agité en le privant de récréation. Il en a besoin pour retrouver sa concentration.

 

Si des enfants n’ont pas développé l’habitude de jouer librement en bas âge, est-il trop tard pour commencer à le faire?

Non, pas du tout. En thérapie, il m’arrive de rencontrer des enfants qui n’ont à peu près jamais joué librement et à un moment donné, à force de me voir interpréter des personnages, ils apprennent à le faire aussi.

 

Comment des parents peuvent-ils inciter leurs enfants à jouer librement?

Des exercices tels que « je te donne un mot et tu me dis à quoi ça te fait penser » peuvent avoir l’air très banals, mais contribuent à stimuler le jeu libre, et donc la créativité chez l’enfant.

 

Une fois l’habitude bien ancrée, l’enfant peut appliquer le jeu libre aux différentes sphères de sa vie, dont celle de l’activité physique. Chose qui est encore plus facile si ses parents l’incitent à bouger spontanément!

Infolettre
Pour recevoir par courriel nos plus récents articles.
Abonnez-vous
Infolettre
Santé physique

Comment intégrer le transport actif à la routine familiale?

Article -

La rentrée scolaire est passée, c’est le temps d’instaurer les bonnes habitudes pour l’année. De quelle façon vos enfants se rendront-ils à l’école? En choisissant le transport actif comme moyen de déplacement, vous ajouterez un peu d’exercice à votre quotidien en plus de passer du temps de qualité avec vos jeunes.

Comment intégrer le transport actif à la routine familiale?

Pendant l’été, vos enfants ont une foule d’occasions de bouger. Lorsque l’école recommence, la routine reprend son cours et ils ont moins de temps libres pour le faire. Le transport actif est une solution simple pour les stimuler chaque jour. En plus, celui-ci a des effets bénéfiques à plusieurs niveaux.

Psychosocial

Les déplacements actifs stimulent l’interaction entre les jeunes, permettent de tisser des liens et favorisent aussi l’autonomie. Si les jeunes tentent l’expérience, ils seront une source d’inspiration pour les gens de leur quartier.

Intellectuel

Les déplacements actifs augmentent la concentration et le niveau d’éveil, améliorent l’humeur, augmentent l’oxygénation du cerveau, etc. Et tous ces éléments favorisent la réussite scolaire!

Physiologique et psychologique

Une simple marche de 20 minutes permet de réduire la fréquence cardiaque, la pression artérielle et le stress. De plus, les jeunes qui utilisent un mode de transport actif ont tendance à être physiquement plus actifs en soirée, et ont une meilleure aptitude cardiorespiratoire.

Écologique (et économique!)

En plus, le transport actif est écologique, puisqu’il contribue à réduire les émissions de gaz à effet de serre. Les avantages sont donc autant sur le plan personnel qu’environnemental.

 

 

5 façons d’intégrer le transport actif à votre routine familiale

  • Intégrez le transport actif dans vos déplacements quotidiens

Dépanneur, épicerie, pharmacie… Lorsque la distance est raisonnable (environ 2 km), choisissez systématiquement un mode de transport actif.

  • Variez vos modes de transport

Pour les déplacements très courts, optez pour la marche. Pour les distances plus longues, le vélo, la planche à roulettes ou les patins à roulettes peuvent être plus efficaces. La clé pour garder vos enfants motivés, c’est varier! 

  • Combinez-le à d’autres moyens de transport

Pour les distances plus grandes, n’hésitez pas à combiner le transport actif à d’autres moyens de transport comme l’autobus, le métro, etc.

  • Équipez-vous adéquatement, mais simplement

Vélo en bon état, casque et cadenas. Pour la marche, portez des vêtements et des chaussures confortables, adaptés aux conditions météorologiques.

  • Inscrivez votre enfant à un Trottibus

Si l’école de votre enfant organise un Trottibus, sautez-y à pieds joints, pour permettre à vos enfants de se rendre de la maison à l’école à pied, de façon sécuritaire et encadrée. Pas de Trottibus? Proposez votre école!

 

Pour plus d’infos sur le transport actif, vous pouvez consulter notre dossier sur le sujet.

 

Références

  • Martinez-Gomez D, Ruis JR, Gomez-Martinez S, Chillon P, Rey-Lopez JP, Diaz LE, Castillo R, Veiga OL, Marcos A; AVENA Study Group (2011). Active commuting to school and cognitive performance in adolescents: the AVENA study. Arch Pediatr Adolesc Med 165(4):300-5.
  • Cooper AR, Jago R, Southward EF, Page AS (2012). Active travel and physical activity across the school transition: The PEACH Project. Med Sci Sports Exerc 44(10):1890-7.
  • Directeur de la santé publique de Montréal : Favoriser le transport actif. 
Infolettre
Pour recevoir par courriel nos plus récents articles.
Abonnez-vous
Infolettre