Santé physique

L’importance de pratiquer plusieurs sports

Article -

Au lieu d’inviter les jeunes à se spécialiser dans une seule discipline sportive, il est important de les encourager à pratiquer plusieurs sports. Explications.

L’importance de pratiquer plusieurs sports

La campagne Jouer plus de sports de l’organisme Actif pour la vie soutient que les enfants ont intérêt à pratiquer plusieurs sports pour développer la créativité, la confiance et la motivation, mais aussi la littératie physique (habiletés physiques fondamentales) et de meilleures aptitudes athlétiques.

« La diversification sportive permet aux jeunes de développer une multitude d’habiletés motrices qui les aident à mieux performer dans le sport de leur choix », explique l’organisme. Par exemple, courir en jouant au tennis ou sauter en faisant du basketball sont des actions utiles à la pratique d’autres sports et à maintenir une bonne condition physique. Alternez!

Moins de blessures, d’épuisement, d’abandon

Autres bienfaits non négligeables de l’approche multisports, elle permet de diminuer les risques de blessures, de fatigue chronique, d’épuisement – et aussi d’« écœurantite! » – et d’abandon associés au surentraînement. « Les enfants qui se spécialisent trop tôt ratent leur chance de développer certaines habiletés importantes et, souvent, ils se blessent, s’épuisent ou abandonnent leur sport », indique le site de la campagne, citant des études, notamment celles-ci :

  • « Près de 70 % des enfants abandonnent la pratique du sport organisé avant 13 ans parce qu’ils n’ont plus de plaisir. » — Institute for the Study of Youth Sports de l’Université du Michigan
  • « Un entraînement intensif et répété dans un seul sport à un jeune âge est associé à un taux de blessure plus élevé, ce qui a une incidence sur la durée d’une carrière sportive. » — International Journal of Sport and Exercise Psychology
  • « Un athlète qui se spécialise tôt ou qui fait partie d’une équipe d’élite ultra-compétitive est plus susceptible de souffrir d’épuisement ou d’abandonner le sport en raison du stress chronique, de microtraumatismes répétés et d’une perte de la motivation et du plaisir intrinsèques associés à son entraînement. » — American Medical Society for Sports Medicine

Recommandations de Kino-Québec

Dans l’avis du Comité scientifique de Kino-Québec sur L’activité physique – Le sport et les jeunes publié en 2011, des tableaux présentent les éléments à privilégier selon la phase de maturité (âge) et les activités physiques et sportives recommandées. Pour les périodes de l’enfance (0-10 ans) et de la fin de l’enfance (10-12 ans), les éléments à privilégier sont : le plaisir lié aux activités physiques et sportives et au jeu, les habiletés motrices, les activités avec mise en charge pour le renforcement des os, les comportements éthiques en compétition et le réseau social.

Les activités physiques et sportives recommandées en lien avec ces compétences sont multiples, ce qui montre bien que pour un développement équilibré et complet de la forme physique, les enfants doivent diversifier leurs activités :

  • Pour les habiletés motrices de base : les jeux aquatiques, le ballon-chasseur et le trampoline sont suggérés.
  • Pour le renforcement des os : la corde à sauter, la gymnastique, le volleyball, le basketball, le soccer, l’athlétisme…
  • Pour le réseau social et les compétences sociales, dont les comportements éthiques en compétition : les sports collectifs et individuels pratiqués en groupe, tels que le hockey (cosom et sur glace), la balle-molle, le baseball, le basketball, le cheerleading, les activités de plein air…

Et si vos jeunes rêvent de devenir de grands athlètes ou des vedettes du sport, sachez que 88 % des athlètes universitaires ont pratiqué plus d’un sport quand ils étaient enfants, selon la revue American Medical Society for Sports Medicine, que cite la campagne « Jouer à plus de sports ». Autre raison d’encourager nos « champions » à diversifier leurs intérêts!

À lire aussi

Infolettre
Pour recevoir par courriel nos plus récents articles.
Abonnez-vous
Infolettre
Santé physique

Les bienfaits du jeu libre en plein air

Article -

Les spécialistes de l’enfance et de la santé l’affirment haut et fort avec inquiétude : les enfants ne sont plus aussi en forme que dans le passé, une épidémie d’obésité se pointe à l’horizon et les jeunes d’aujourd’hui vivront moins vieux que leurs parents! Quelques solutions pour contrer ce constat peu reluisant existent. Parmi celles-ci, encourageons les enfants à jouer librement dehors… comme dans le bon vieux temps!

Les bienfaits du jeu libre en plein air

Écrit par l’ergothérapeute américaine Angela J. Hanscom, le livre Dehors, les enfants! Réapprendre aux enfants à jouer dehors et à oublier les tablettes est un plaidoyer pour le jeu physique libre en pleine nature, un élément essentiel à une enfance équilibrée. « Les enfants sont trop nombreux à passer à côté de la richesse sensorielle qu’offre la nature, au-delà des murs de la classe ou de la maison. La prise de risque mesurée et le jeu indépendant, créatif, sont non seulement essentiels à leur santé physique, mais aussi au développement d’un esprit autonome », écrit le signataire de la préface, Richard Louv.

 

 

Constat de la situation

Ergothérapeute en pédiatrie, Mme Hanscom a réalisé qu’elle traitait une vaste clientèle d’enfants qui présentaient des problèmes rarement observés quelques décennies plus tôt, tant physiques que psychologiques, tels que des troubles d’attention et de concentration en classe, un équilibre instable et un manque de flexibilité, des signes d’anxiété et de frustration, une diminution de la force physique, de l’agressivité démesurée comme de taper fortement une personne en jouant à la tague au lieu de tout simplement toucher l’épaule…

 

Bref, elle a constaté que « ces symptômes proviennent en partie de compétences motrices et sensorielles sous-développées. […] D’après les recherches scientifiques et empiriques à ce sujet, il semble que la plupart de ces comportements découlent d’un manque de temps passé à se dépenser librement, en s’amusant dehors », écrit-elle dans son livre.

 

Bienfaits du jeu libre

 

Angela Hanscom explique que le jeu physique libre à l’extérieur favorise le développement sensorimoteur sain chez l’enfant. « Plongés en pleine nature, les enfants apprennent à prendre des risques, à surmonter leurs peurs, à se faire de nouveaux amis, à réguler leurs émotions et à créer des mondes imaginaires ». Le jeu libre se différencie des activités dirigées en ce qu’il n’obéit à aucune règle comme dans un sport d’équipe (hockey, soccer…) ou une discipline encadrée (ballet, ski…).

Les enfants improvisent leurs jeux en pleine nature : ils peuvent courir, marcher dans les bois, grimper aux arbres, construire un fort avec des roches et des branches, se baigner dans un lac, ramasser des pommes de pin ou des coquillages… Ils apprennent à se connaître, à résoudre des problèmes, à prendre des décisions, à échanger avec d’autres jeunes pas nécessairement du même âge (les activités dirigées sont souvent offertes par catégories d’âge)…

 

4 conseils pour encourager les enfants à jouer dehors

L’auteure donne des conseils sur comment encourager le jeu indépendant et créatif. En voici quelques-uns :

 

1. Il est primordial d’accorder aux enfants des occasions de jouer seuls, de formuler leurs propres thèmes de jeux.

Parents : si vous jouez toujours avec eux, ils ne développeront pas leur imaginaire ni leur sens de l’initiative).

 

2. Idéalement, les enfants devraient passer au moins deux ou trois heures par jour de jeu libre ininterrompu en extérieur.

 

3. Procurer un environnement riche et inspirant est une autre manière de favoriser le jeu indépendant et créatif.

Un ruisseau à explorer, des flaques de boue pour patauger, des bois où grimper.

 

4. Rester simple.

Se débarrasser des gigantesques structures de jeux qui encombrent les jardins. Proposer des équipements simples et stimulants (ex. : pneu accroché à une corde attachée à un arbre…).

 

En conclusion, le livre Dehors, les enfants! montre que jouer dehors est vital pour le développement harmonieux des compétences sensorielles, motrices, sociales et intellectuelles (hé oui, de meilleurs résultats scolaires seront observés!).

 

pour plus d’information

• Le livre Dehors, les enfants! a été publié en français aux éditions JC Lattès en mai 2018. L’auteure, Angela Hanscom, est la fondatrice des programmes TimberNook, des camps de jour durant lesquels les enfants jouent librement dehors dans la nature, selon une thématique hebdomadaire (camp médiéval, création d’un « village », activités d’art…). Il existe un programme au Canada, en Alberta et en Ontario.

 

• Le réseau international Enfants et Nature (Children & Nature) a pour mission de favoriser le contact des enfants avec la nature par le biais de sorties de groupes et d’activités de plein air. Son site Internet (en anglais) regorge d’information sur les bienfaits de la nature chez les jeunes. Au Québec, le Club nature de la région de Québec fait partie de ce réseau.

 

Infolettre
Pour recevoir par courriel nos plus récents articles.
Abonnez-vous
Infolettre