Rôle du parent

Top 4 des outils inspirants pour une vie familiale moins stressante en 2019

Article -

Et si, en 2019, on se souhaitait moins de chaos, moins de bordel et moins de bruit dans notre environnement, dans nos relations familiales et dans notre tête ? Voici des outils qui n’ont rien de modes d’emploi tout froids pour nous inspirer vers la vie de famille plus douce à laquelle on aspire tous.

Top 4 des outils inspirants pour une vie familiale moins stressante en 2019

1. Le livre Vivre simplement par Élisabeth Simard

Crédit photo: Ruban Cassette

Passer son temps à courir entre le travail et la maison, à ramasser et à nettoyer en continu ou à jouer à l’animatrice pour ses trois jeunes enfants ? Bien peu pour celle que l’on surnomme Ruban cassette sur les réseaux sociaux. Dans son premier livre, la mère de famille et auteure nous livre d’un ton non culpabilisant ses réflexions et sa démarche vers une vie de famille où les distractions ont pris le bord au profit de réelles connexions. Les soupers aux chandelles, les salles de jeux désencombrées, les horaires allégés, les dépenses réduites au minimum, les jeux libres des enfants, et tout l’espace (de l’air !) qui semble se créer, oui ! Élisabeth Simard nous offre un accompagnement, sans pression, vers un quotidien où autant les enfants que les parents auront le temps « d’être ».

 

Prix : 25 $

 

2. La trousse de retour au calme de Les Belles Combines

 

La gestion des émotions, c’est le travail d’une vie ! Et c’est tout un apprentissage pour nos petits (et même pour nos plus si petits…) Les Belles Combines proposent des outils tout simples pour créer un climat plus harmonieux dans son foyer, pour favoriser la complicité parent-enfant et pour aider au développement social des petits — oui, on le veut ! La trousse de retour au calme aide par exemple l’enfant à reconnaître ses émotions, mais aussi à réparer ses gaffes, à se défouler… eh bien, à se calmer ! Au lieu de sombrer dans les conséquences ad nauseam et les cris qu’on regrette toujours, des actions concrètes, douces, éducatives, et d’autant plus efficaces.

 

Prix : 35.95 $

 

3. Le livre Le cerveau de votre enfant par Dr Daniel Siegel et Tina Payne-Bryson

 

On ne demanderait pas à un enfant de 9 mois de pédaler plus vite sur son vélo… un non-sens ! Il n’est pas physiquement pas prêt. Pourtant, comme parent, on entretient parfois des attentes envers nos enfants tout à fait démesurées, comme si ceux-ci n’étaient en somme que des mini-adultes. Dans ce livre étoffé coécrit par un psychiatre et une psychothérapeute pour enfants, on s’oriente à travers les comportements qui nous étonnent, nous exaspèrent, nous poussent au bout de nos limites par moment pour mieux les comprendre à la lumière des dernières découvertes scientifiques.

 

Connaissez-vous par exemple la différence entre une crise « venant d’en haut » et celle « venant d’en bas » ? Et là, on ne parle pas des étages de la maison, mais celles du cerveau de son enfant, pour qui l’échelle mentale (!) n’est pas encore efficace. Hum ? Eh bien, comprendre la différence, c’est la clé pour bien accompagner son enfant dans ses apprentissages. Un livre éclairant loin des « on-dit » (alors que l’autre dit son contraire…) : des faits, appuyés par la science, enfin ! Autre plus : il y a une version pour les parents d’ado (Le cerveau de vos ados, des mêmes auteurs).

 

Prix : 24.95 $

 

4. Le livre Terrains de jeux pour petits et grands par Isabelle Provencher

 

On devrait tous plus bouger… on le sait bien ! Comme parent, le gym peut tenir lieu de havre de paix bien mérité, alléluia, mais mener une vie plus active peut se résumer à l’adoption d’habitudes qui se marient à notre quotidien familial, tout naturellement. Opter pour des déplacements plus actifs, par exemple, mais aussi saisir les occasions, ensemble. On amène les enfants au parc pour qu’ils se défoulent ? Pourquoi ne pourrait-on pas en profiter aussi pour s’activer ! Dans un guide pratique, Isabelle Provencher nous présente 50 exercices originaux et efficaces à faire au parc… tant qu’à y être ! Un deux-en-un qui fera du bien à tous (et rien n’empêche les enfants de se joindre à nous, s’ils en ont l’intérêt !)

Infolettre
Pour recevoir par courriel nos plus récents articles.
Abonnez-vous
Infolettre
Rôle du parent

Doit-on inscrire ou non son enfant aux activités physiques parascolaires?

Opinion -

[Article mis à jour] Le retour en classe approche et vient avec lui le temps du choix des activités physiques parascolaires de nos enfants. J’ai questionné quelques parents et enseignants pour en savoir plus sur la nécessité ou non de participer, ainsi que certains trucs pour aider vos enfants à choisir.

Doit-on inscrire ou non son enfant aux activités physiques parascolaires?

Un complément essentiel aux cours d’éducation physique

Vous l’avez déjà entendu à gauche et à droite : les enfants et les jeunes devraient bouger un minimum de 60 minutes par jour selon la recommandation de Santé Canada. À l’école, 2 périodes d’une heure d’éducation physique sont à l’horaire. Est-ce suffisant?

 

Denis, spécialiste en éducation physique au primaire, nous répond catégoriquement non. Surtout qu’il faut déduire de ce nombre théorique le temps requis pour changer de vêtements avant et après, ainsi que le temps pour les consignes.   On parle donc davantage de 40 à 45 minutes d’activité physique.

 

Les activités physiques parascolaires sont donc un complément essentiel aux cours d’éducation physique.

 

Forcer l’enfant ou le pousser à choisir?

Tous les gens que j’ai consultés s’entendent pour dire qu’il ne faut pas forcer un enfant à faire une activité physique en particulier. Il faut évaluer ses besoins, ses intérêts et son tempérament. Mais certains nuancent comme Frédéric, père de 4 enfants :

 

« Des fois, en obligeant, ça permet à l’enfant de découvrir une passion qu’il n’aurait pas découverte autrement. Je crois qu’il faut effectivement s’adapter et écouter, mais il y a aussi des enfants qu’il faut “pousser” un peu plus sinon ils demeureront (très) passifs. »

 

Comment (aider à) choisir?

En tant que parent, vous pouvez aider votre enfant à connaître les activités qui existent et à choisir parmi celles-ci.  

 

S’il a de la difficulté à arrêter son choix, vous pouvez éveiller sa curiosité en cherchant sur le web, y aller par élimination ou encore l’influencer en fonction de ce que font ses amis.

 

Denis précise : « À moins qu’il ne soit complètement malheureux en essayant – ce qui peut cacher autre chose — il doit aller jusqu’au bout une fois lancé. L’important est d’essayer et de se découvrir, pas de performer. »

 

Vive les activités physiques parascolaires!

En résumé, si votre enfant n’est pas en mesure de bouger 60 minutes par jour, considérez avec lui les activités physiques parascolaires. Si l’école de quartier n’en offre pas, parlez-en au conseil d’établissement et regardez les possibilités. Si aucune activité n’intéresse votre enfant, sensibilisez-le à l’importance de bouger et aidez-le à en choisir une, que ce soit en parascolaire ou en dehors de l’école.

 

Comment procédez-vous lorsque vient le temps de choisir une activité physique pour votre enfant?

 


Consultez notre dossier complet sur la Rentrée scolaire.

Infolettre
Pour recevoir par courriel nos plus récents articles.
Abonnez-vous
Infolettre