Rôle du parent

Rentrée scolaire : Dix jours sans écrans pour une vie plus active!

Article -

Le Défi de la Dizaine sans télé ni jeux vidéo est  un programme offert aux écoles qui veulent réduire la violence en donnant aux élèves le pouvoir et le désir de garder les écrans fermés. Les résultats sont spectaculaires. Principal bienfait : une augmentation significative des activités physiques et sportives.

Rentrée scolaire : Dix jours sans écrans pour une vie plus active!

Le Défi de la Dizaine sans télé ni jeux vidéo

Jacques Brodeur se consacre depuis plus de vingt ans à une importante mission : éduquer les enfants pour qu’ils aient un regard critique sur les médias, et prévenir la violence. Professeur d’éducation physique à la retraite, il a créé le groupe Edupax et instauré le Défi de la Dizaine sans télé ni jeux vidéo. Ce programme, offert aux écoles, comprend les outils pédagogiques nécessaires pour inciter les élèves à vivre dix jours sans télévision, ni jeux vidéo.

 

Inspiré du programme SMART (Student Media Awareness to Reduce Television) élaboré par Thomas Robinson, professeur de médecine à l’Université Stanford, en Californie, le Défi de la Dizaine est présenté comme un jeu où les enfants marquent des points pour chaque période de la journée passée sans écrans. « Les enseignants sont les motivateurs des enfants. Ce sont eux qui font en classe les exercices pour entraîner les élèves, comme on s’entraîne pour un exploit olympique », explique Jacques Brodeur. Les retombées sont aussi immédiates que bénéfiques. Les enfants et leur famille découvrent une vie nouvelle, plus active, plus saine et plus sereine.

 

Une augmentation significative des activités physiques et sportives

Depuis 2003, une centaine d’écoles québécoises ont tenté l’aventure du Défi de la Dizaine sans télé ni jeux vidéo. Au terme des 10 jours sans écrans, une évaluation méthodique est menée auprès des enfants, des parents et des enseignants. Les résultats obtenus ont de quoi impressionner. En réduisant le temps passé devant les écrans, les trois activités qui augmentent systématiquement et de façon significative sont, dans l’ordre, les activités physiques et sportives, particulièrement le vélo, la lecture et les conversations en famille.

 

L’évaluation montre également une amélioration de l’humeur des enfants, une meilleure concentration et une diminution des paroles blessantes à l’école et à la maison. Mais surtout, plusieurs familles sont sensibilisées à l’importance de réduire leur temps passé devant des écrans afin de bouger davantage. Plus des deux tiers des parents et des enseignants considèrent que le Défi de la Dizaine a permis d’améliorer la santé et le bien-être des enfants. « C’est ça la révolution, se réjouit Jacques Brodeur. C’est quand les enfants deviennent actifs, font plus de lecture le soir avant de se coucher et passent plus de temps à échanger avec leur famille. »

 

Un médicament miracle : moins et mieux de « temps d’écran »

Une fois le défi des 10 jours sans écrans accompli, le programme propose de garder le « temps d’écran » à 5 heures par semaine. Loin de vouloir abolir les écrans, le Défi de la Dizaine offre aux jeunes, particulièrement à ceux du primaire, l’occasion de réfléchir à la place qu’occupent les écrans dans leur vie afin de mieux contrôler leur consommation médiatique. « On se sert des 10 jours sans écrans pour augmenter le jugement critique des enfants sur la quantité et sur la qualité des émissions regardées, poursuit Jacques Brodeur. Si on propose 5 heures par semaine, l’enfant va devoir choisir à quoi il les consacrera : regarder la télévision, clavarder avec ses amis ou jouer à des jeux vidéo. C’est la boussole que l’enfant utilise pour gérer sa consommation. »

 

Et le constat est éloquent. Non seulement les jeunes diminuent leur consommation de télé et de jeux vidéo, mais ils désirent poursuivre les activités qu’ils ont découvertes et auxquelles ils ont pris goût. Les trois quarts des parents et la moitié des élèves se disent prêts à reprendre le Défi chaque année et, les mois suivants, à porter à moins de  5 heures par semaine leur temps d’écran. « Je veux que le plus d’enfants possible goûtent à ce médicament miracle », conclut Jacques Brodeur.

 

Ça vous intéresse? Il est possible de relever Le Défi de la Dizaine sans télé ni jeux vidéo partout où les parents et les écoles décident de se concerter et de s’organiser. Pour en savoir davantage sur cette bonne idée, communiquez avec Jacques Brodeur.

 

Courriel : JBrodeur@edupax.org.

Site Internet : www.edupax.org

Infolettre
Pour recevoir par courriel nos plus récents articles.
Abonnez-vous
Infolettre
Rôle du parent

Rentrée scolaire : 5 façons de dynamiser les devoirs et les leçons

Opinion -

L’école recommence. Les devoirs et les leçons aussi. Trouver du temps pour s’activer devient parfois plus difficile. Et si vous suggériez à votre enfant de faire des devoirs et des leçons en bougeant?

Rentrée scolaire : 5 façons de dynamiser les devoirs et les leçons

Avec mes préados, j’ai essayé diverses stratégies. Le résultat? Bien plus que la note de passage! C’est d’ailleurs pourquoi j’ai eu envie de vous faire part de mes idées. Ces dernières permettent de joindre l’utile à l’agréable pour réaliser des tâches scolaires qui sont ordinairement effectuées en position assise. Et à cela, on ajoute évidemment le plaisir de consacrer du temps à son enfant.

 

  • En marchant

Marcher, c’est la première façon que j’ai suggérée à mes enfants pour faire leurs leçons autrement. Comment je m’y prends? C’est simple. Je choisis avec eux une matière à revoir. Ensuite, je fais une photocopie (ou j’apporte le duo-tang) de ce qui est à étudier;  des tables de multiplication, des mots de vocabulaire, des verbes, des notions d’univers social, etc., puis nous partons pour une escapade (un enfant à la fois).

 

Sur le chemin, il arrive qu’on se questionne mutuellement. Par exemple, si je révise avec mon enfant les mots de vocabulaire, je lui en demande un ou deux, et ensuite c’est à son tour. Visualiser les mots et s’assurer que je ne fasse pas d’erreur est un bon moyen d’apprentissage. Et c’est souvent plus agréable.

 

Pour mémoriser un texte ou préparer un exposé oral, marcher est également génial.

 

  • En se lançant un ballon ou une balle

Si vous révisez les leçons tout en vous lançant le ballon ou la balle, rien n’empêche de mettre sur le sol ou dans vos poches la copie des réponses. Si le besoin de vérifier se fait sentir, arrêtez-vous, regardez, et recommencez! 

 

  • En joggant tranquillement

C’est surtout agréable pour l’étude des tables de multiplication, division, etc. Bien entendu, rien n’empêche d’enregistrer dans un iPod ou tout autre appareil des leçons plus complexes à apprendre.

 

  • En sautant à la corde

Faites-le sous forme de jeu et lancez-vous des défis! Une mauvaise réponse équivaut à un défi lancé par le parent (5 sauts de corde!), et une bonne réponse permet à votre enfant de vous montrer ce qu’il sait faire librement.

 

  • Après un coup de pédale

Encouragez votre enfant à pédaler jusqu’au parc pour aller faire une lecture ou un devoir. On y retrouve, la plupart du temps, un banc ou une table à pique-nique. Sinon, rendez-vous en vélo à la bibliothèque. Il ne suffira que de mettre le nécessaire dans un sac à dos.

 

J’espère que ces idées vous permettront de prendre plaisir à faire des devoirs et des leçons différemment. Naturellement, il vous faudra procéder à des essais afin de déterminer ce que vous aimez faire en bougeant. Après, il en reste qu’à innover. De mon côté, je songe même à proposer un moment de révision en patinant!

 

Bonne année scolaire!

Infolettre
Pour recevoir par courriel nos plus récents articles.
Abonnez-vous
Infolettre