Rôle du parent

Et si la lutte contre le décrochage scolaire passait par le sport?

Article -
Et si la lutte contre le décrochage scolaire passait par le sport?

Le sport favorise la concentration, la persistance et l’autonomie.

Plusieurs études réalisées ces dernières années ont démontré que la participation régulière à des sports et à des activités physiques a une influence positive sur la mémoire et la réussite scolaire. Plus récemment, des chercheurs québécois ont découvert un lien entre le niveau d’activité physique et l’engagement en classe des enfants. Cette découverte est d’autant plus importante qu’elle apporte une piste de solution intéressante pour lutter contre le décrochage scolaire, dont le taux a grimpé dans plusieurs régions du Québec au cours de la dernière décennie pour atteindre près de 20 %.

 

L’étude1 menée par Geneviève Piché, professeure et chercheure au Département de psychoéducation et de psychologie de l’Université du Québec en Outaouais, a été réalisée en 2010-2011. Elle a permis d’analyser des données de l’Institut de la statistique du Québec2 portant sur le développement des jeunes enfants. Ces analyses ont, tout d’abord, révélé un lien entre l’indice de masse corporelle (IMC) et l’engagement en classe des enfants, c’est-à-dire leur concentration, leur persistance et leur autonomie. « Nous avons constaté que plus les enfants démontrent de l’engagement en classe à la maternelle, moins leur IMC est élevé et plus ils pratiquent des sports quelques années plus tard, explique Geneviève Piché. Nous avons ensuite observé que le contraire est également vrai, c’est-à-dire que le niveau d’activité physique peut prédire l’engagement en classe des enfants. »

 

Pour réaliser leur étude, Geneviève Piché et ses collègues ont analysé les évaluations faites par des enseignants de maternelle concernant l’engagement en classe et le comportement social de 966 enfants. L’enseignant devait notamment indiquer si l’enfant travaillait et jouait avec d’autres enfants, s’il suivait les règles et les instructions, écoutait attentivement, terminait ses travaux à l’heure, et travaillait de façon autonome, soigneuse et ordonnée. Les résultats ont permis de découvrir que la participation à des activités sportives en bas âge est liée à l’engagement en classe de l’enfant, dès son entrée à l’école, quelles que soient ses caractéristiques (habiletés cognitives ou autres) et quel que soit son milieu familial (revenu, éducation des parents, etc.). « Toutefois, nous avons été étonnées de constater que les sports non structurés et les activités structurées non sportives, comme la musique, n’étaient pas liés à l’engagement en classe futur de l’enfant! », mentionne Geneviève Piché. Ce constat ne signifie pas qu’il faille négliger l’importance d’aller jouer dehors, mais précise que l’activité sportive a une influence sur l’engagement en classe lorsqu’elle se fait dans un cadre structuré, comme les sports organisés ou les programmes de loisirs.

 

Pourquoi les sportifs?

Comment la participation régulière à un sport peut-elle avoir une influence sur l’engagement en classe de l’élève? « Une étude3, réalisée en 2007, indique que l’exercice et les activités sportives peuvent améliorer les habiletés cognitives, mentionne Geneviève Piché. Plusieurs explications sont possibles. Certains auteurs suggèrent un effet neurobiologique, c’est-à-dire que l’activité physique aurait une influence sur le cerveau en stimulant le développement de nouvelles cellules ou en favorisant sa plasticité [capacité du cerveau à être modifié en fonction des expériences vécues]. Il est aussi possible que ce soit grâce à la structure et à la discipline des activités sportives proposées, et non à la dépense énergétique en tant que telle, que l’on obtienne des bénéfices. Dans notre étude, cette hypothèse n’a pas été confirmée puisque la participation à des activités structurées, mais non athlétiques, n’a pas eu le même effet sur l’engagement en classe. D’autres études seront donc nécessaires pour clarifier le tout! »

 

À la lumière des résultats obtenus par ses travaux de recherche, Geneviève Piché n’hésite pas à conclure que l’activité physique pourrait être un outil précieux pour lutter contre le décrochage scolaire. « L’inactivité physique et le décrochage scolaire sont très coûteux pour les individus et la société, car ils sont des prédicteurs à long terme non seulement du bien-être physique et mental de l’adulte, mais aussi de sa productivité au travail, ajoute-t-elle. Il serait donc avantageux pour les écoles de cibler les jeunes à risque de sédentarité et d’augmenter ou de favoriser les programmes sport-études, ainsi que le nombre et la diversité d’activités physiques et sportives offertes. De plus, les communautés devraient s’investir davantage dans la promotion d’activités physiques et sportives récréatives afin de faciliter l’accès à tous les jeunes et à leurs familles. »


Références 

  • Piché Geneviève, Fitzpatrick Caroline, Pagani Linda S., Kindergarten Self-Regulation As a Predictor of Body Mass Index and Sports Participation in Fourth Grade Students, Mind, Brain, and Education, Volume 6, Issue 1, pages 19-26, march 2012.
  • Étude longitudinale du développement des enfants du Québec.
  • Tomporowski; Davis et al., Exercise and Children’s Intelligence, Cognition, and Academic Achievement, Educ Psychol Rev. 2008 June 1; 20(2): 111–131.
Infolettre
Pour recevoir par courriel nos plus récents articles.
Abonnez-vous
Infolettre
Rôle du parent

Je n’aime pas le sport mais j’aimerais que mes enfants soient actifs

Opinion -

Il y a parfois un décalage entre ce que l’on veut, ce que l’on dit et ce que l’on fait.  Une révélation  en relisant mes articles pour WIXXMAG. Et une remise en question sur la façon de mieux aligner désirs, pensées et… agissements.

Je n’aime pas le sport mais j’aimerais que mes enfants soient actifs

Lorsque j’ai offert mes services à WIXXMAG, je souhaitais relater mes expériences sportives — positives et négatives — faites en famille. C’était une façon de montrer à mes enfants un volet plus concret de mon travail, tout en leur signifiant que je m’intéresse à eux et à leur santé. Je voyais aussi l’expérience comme un partage avec d’autres parents.

 

J’ai écrit un premier texte, puis un deuxième et ainsi de suite. Au bout de six articles, j’ai pris du recul et j’ai regardé tout ça. Je me suis dit : « Wow, tu as de quoi à dire finalement. Mais, si les parents qui te lisent te croisent dans la rue, ils vont faire un saut! Disons que je n’ai pas l’allure qui va avec ce que je prêche. Et mes enfants ne bougent pas tant que ça! »  Ouch!

 

La réalité

Je ne suis pas un modèle sportif pour mes enfants. J’ai un peu de surpoids depuis plusieurs années, et de mauvaises excuses pour justifier mon état. En somme, je tiens un double discours. Bien entendu, mes enfants ne seront pas dupes longtemps.

 

J’ai beaucoup de difficulté à trouver du temps pour bouger. Je n’y mets que deux heures par semaine actuellement. Pourtant, je faisais plus de dix heures de sport par semaine l’an passé, et j’en étais très fier. L’équilibre physique est fragile.

 

Malheureusement, étant jeune, je n’ai pas fait du sport une habitude. J’ai joué au hockey et un peu au baseball au primaire, certes. J’ai aussi fait partie d’une équipe de volleyball au secondaire et jouer au tennis, puis j’ai fait un peu d’arts martiaux. Ensuite, plus rien pendant une dizaine d’années. L’accent était mis sur les études, puis le travail.

 

Tout ça pour dire que je n’éprouve pas le besoin de bouger. Tout simplement. Même si je ressens les effets néfastes de l’inactivité physique. Même si j’ai expérimenté les bienfaits de bouger. Je fais partie des statistiques que WIXXMAG tente d’améliorer.

 

Je vise mieux pour mes enfants

Je veux que ce soit différent pour mes enfants. Et je sais que c’est maintenant que je dois commencer à créer l’habitude et le besoin de bouger.

 

Pour réussir, je dois ajouter les gestes aux paroles. Idéalement, si je peux faire des activités avec eux et vivre des expériences positives, celles-ci se transformeront en souvenirs agréables. Lorsqu’ils seront plus grands, ils voudront probablement  revivre des moments similaires. Le volet émotif n’est pas à négliger.

 

Quant à moi, j’ai envisagé plusieurs stratagèmes — qui impliquent les enfants évidemment — pour remédier à ma situation. J’en parlerai dans mes prochains articles, avec les résultats obtenus et les réactions de mes enfants. À suivre…

Infolettre
Pour recevoir par courriel nos plus récents articles.
Abonnez-vous
Infolettre