Rôle du parent

Comment survivre à la rentrée scolaire: 5 trucs simples et faciles

Opinion -

La rentrée scolaire est en cours. La routine, les lunchs, les effets scolaires, les chèques à faire, les feuilles à signer, les nouveaux vêtements, les livres à recouvrir (beurk), les angoisses de nos enfants, les nouveaux profs à rencontrer et les devoirs qui commenceront bientôt. Qui a eu un frisson en lisant ça? Moi j’en ai eu un à l’écrire!

Comment survivre à la rentrée scolaire: 5 trucs simples et faciles
Thèmes abordés

Pour ma part, je suis rendue à ma 6e rentrée scolaire, avec mes 3 filles, 17 paires de souliers achetées (intérieurs et extérieurs!), 1 seule paire perdue (miracle!), 10 nouvelles enseignantes, 42 Duo-Tangs (avec attaches) et 359 crayons identifiés. Je ne suis pas une experte, mais j’ai développé quelques trucs qui m’aident à survivre à tout ça!

1. Je me détends!

Je ne suis pas d’avance si je commence à stresser mes filles à cause de mes propres angoisses. Est-ce qu’elles vont bien s’intégrer, vont-elles aimer leur nouvel enseignant, auront-elles des amis? Je respire, je me détends et je les accompagne du mieux que je peux. Il faut simplement rester à l’écoute. Tout finit par bien se passer. Et si votre stress ne passe pas, une petite infusion de thé à la menthe poivrée vous fera décompresser!

 

2. LUNCHS : développez leur autonomie

Mieux organiser l’espace pour sauver du temps et développer l’autonomie de vos petits, c’est gagnant.

Dans mon garde-manger, j’ai déterminé un endroit précis pour les collations. Je classe dans de petits paniers les différents éléments, compotes, barres, etc. Comme cela, les filles peuvent piger dans les paniers prédéterminés et compléter leur lunch elles-mêmes.

Dans le frigo, je fais aussi la même chose. Je prépare en avance en coupant les légumes, fruits et fromages que je prédispose dans de petits contenants de plastique. Comme c’est du travail à la chaîne, c’est plus rapide lorsque je prépare le tout, et facile pour elles de faire leur lunch seules.

Finalement, je munis les filles d’un « thermos » afin de pouvoir leur préparer et réchauffer le matin même le repas de la veille. Elles se sauvent ainsi de la file d’attente aux micro-ondes de l’école et ont plus de temps pour manger avec leurs amis.

En manque d’inspiration?
Nous avons un dossier complet sur la boîte à lunch avec plein de bonnes idées de repas santé à emporter!

3. LES VÊTEMENTS : de grâce pas le matin même!

Vous avez lu plus haut que j’ai 3 filles! Ce serait vraiment une autotorture que de ne pas prévoir les vêtements la veille. Les filles se lèvent et s’habillent donc directement dans leur chambre. De plus, j’ai le souci de garder la garde-robe des filles simple. Des leggings, des t-shirts et des chandails chauds! On s’entend aussi que l’école n’est pas un gala en tenue de soirée et que la simplicité et le confort sont privilégiés. Avec cette technique, tout le monde est content et confortable. De plus, ça évite à ma plus jeune de s’habiller comme Lady Gaga dans ses meilleurs clips. On garde ça pour le weekend.

 

4. LES DEVOIRS : on prend de l’avance

Ce truc ne plaira peut-être pas à tout le monde. Pour nous, ça fonctionne. Les dimanches matins, on se lève relax, on reste en pyjama, on se munit d’un bon café au lait et on s’avance dans les devoirs. En fait, on complète tous les devoirs de la semaine et on se garde les leçons pour les soirs de semaines. Sérieusement, c’est beaucoup plus zen comme ça. Cette petite heure le dimanche permet de gagner du temps et réduire le stress la semaine. Je ne dis pas non!

 

5. Vivre le PARASCOLAIRE!

J’ADORE le parascolaire! Que ce soit pour les activités sportives, les arts ou même l’initiative à la cuisine, l’école de mes filles offre un programme complet d’activités parascolaires. Je peux vous dire que j’y saute à pieds joints. Les inscrire aux activités parascolaires leur permet de bouger tout de suite après l’école, de leur faire découvrir plusieurs sports à prix modiques et de faire partie des équipes interscolaires. Et de mon côté, ça m’évite de passer des heures dans ma voiture à faire des transports. Elles peuvent faire leurs activités lorsque je suis au travail. Nous évitons ainsi de congestionner nos horaires des soirs et fins de semaine!

Si jamais l’offre de parascolaire n’est pas à votre goût, je vous conseille de vous impliquer dans l’élaboration de celle-ci avec les enseignants de l’école. Je vous dis que vous et vos enfants en serez ravis.

Je souhaite donc à tous une belle année scolaire. Une année enrichissante, palpitante et non angoissante et épuisante. J’espère que ces trucs sauront simplifier la gestion de votre vie familiale!

 

Les trois filles de Marie Elaine prêtes pour la rentrée scolaire.

 


Consultez notre dossier complet sur la Rentrée scolaire.

Infolettre
Pour recevoir par courriel nos plus récents articles.
Abonnez-vous
Infolettre
Rôle du parent

Parents inactifs: comment donner le goût du sport à ses enfants

Article -

Si beaucoup de parents reconnaissent l’importance et les bienfaits de l’activité physique tant sur le moral que sur la santé, tous sont en revanche loin d’être actifs au quotidien. Que ce soit à cause d’un travail trop prenant, d’une vie à la maison trop exigeante ou d’un manque d’envie, de nombreux parents ne bougent pas assez, mais aimeraient que leurs enfants soient, eux, actifs. Voici comment leur donner le goût du sport.

Parents inactifs: comment donner le goût du sport à ses enfants

1. En jouant avec eux

Transmettre à son enfant le goût de l’activité physique ne passe pas forcément par son inscription dans un club de hockey ou de baseball. On peut très bien s’amuser avec ses enfants en improvisant par exemple un match de soccer dans le jardin et passer 20 ou 30 minutes très actives à frapper dans la balle! Et pour rendre l’activité encore plus amusante, pourquoi ne pas inviter un ou deux de leurs amis : l’effet de groupe est encore plus motivant.

2. En installant des accessoires dans la cour

Les parents qui ont la chance d’avoir accès à une cour ont un formidable terrain de jeu qu’ils peuvent utiliser pour encourager leurs enfants à faire du sport, du moins à jouer. Papa d’une petite fille de cinq ans, Jay Lefebvre n’est pas particulièrement actif. Il a développé plusieurs solutions pour intégrer l’activité physique dans la vie de sa Mélodie. Il a, par exemple, installé un trampoline dans sa cour, au plus grand bonheur de sa fille. « C’est un rituel, tous les soirs avant le souper, elle y passe une vingtaine de minutes. Je me mets à côté d’elle, je la supervise », dit le jeune papa. Certains autres parents jouent au frisbee, d’autres encore ont installé un module de jeu sur lequel on peut monter. Les options ne manquent pas. Pour des suggestions abordables, consultez notre article X façons d’aménager la cour pour laisser votre enfant jouer seul. Si vous n’avez pas de cour, la ruelle ou le parc du quartier sont des endroits parfaits pour bouger.

3. En réduisant les déplacements en voiture

Par facilité, on prend parfois la voiture pour de très courtes distances alors qu’on pourrait faire le même trajet à vélo ou à pied. Aller chercher le journal ou le lait avec ses parents, c’est une façon de bouger sans s’en rendre compte. Effacez vos vieux réflexes automobiles au profit d’habitudes plus actives. Consultez notre dossier Transport actif pour des idées!

4. En faisant des activités en famille

Une promenade en forêt, à pied ou à vélo, une bataille de boules de neige en hiver, une sortie à la piscine… les activités faites en famille sont de bonnes façons de transmettre le goût de l’activité physique à ses enfants de façon agréable. Jay Lefebvre a un truc pour que la famille bouge en même temps : YouTube. « Une des choses qu’on fait souvent à la maison, c’est de mettre une des chansons préférées de Mélodie sur YouTube dans le salon, et de danser dessus tous ensemble. C’est assez court, mais c’est un bon quatre minutes très intense! », dit-il.

5. En l’inscrivant dans une activité de club

Pour que l’enfant fasse du sport de façon régulière, l’inscription dans un club est une bonne option. Il sera d’une part encadré, mais cela permettra aussi d’installer une routine tout au long de l’année. « Nous avons inscrit Mélodie au soccer, ça représente deux séances de 45 minutes d’activité physique chaque semaine. Elle adore ça », explique Jay Lefebvre. Comme le précise le jeune papa, l’intérêt de l’enfant pour l’activité est primordial. Doit trouver la discipline qui lui convient le plus, et qu’il s’amuse, afin que ce ne soit pas une corvée d’y aller, mais un plaisir. Il faut parfois plusieurs tentatives avant de trouver la bonne activité.

6. En devenant actifs

Une des meilleures façons de donner le goût du sport à un enfant, c’est d’en faire soi-même. De la même manière que des parents lecteurs donneront l’envie de lire, des parents qui pratiquent régulièrement une activité physique susciteront bien souvent des comportements « miroir ». On veut faire comme maman ou comme papa. Bougez, et ils bougeront!

Quels sont vos trucs pour transmettre l’intérêt pour l’activité physique à vos enfants?

Infolettre
Pour recevoir par courriel nos plus récents articles.
Abonnez-vous
Infolettre