Rôle du parent

Activités sportives: l’importance de laisser ses enfants expérimenter

Opinion -

[Article mis à jour] La curiosité des enfants pour certains sports peut être le point de départ d’une belle aventure : la découverte de soi. Je vous raconte aujourd’hui une expérience personnelle qui a permis à ma fille de trouver « son sport ».

Activités sportives: l’importance de laisser ses enfants expérimenter

Une demande anodine

L’an dernier, ma plus vieille, âgée de 10 ans, a exprimé le désir de jouer à la ringuette. C’était la première fois qu’elle m’en parlait. Ne connaissant rien de ce sport, je me suis imaginé que ma grande me parlait d’une activité parascolaire qui avait lieu dans un gymnase à la fin des classes.

 

Je lui ai tout de même demandé d’où lui venait cette envie soudaine. Elle m’a alors répondu connaître quelqu’un qui pratiquait ce sport. Elle avait envie d’essayer. Puis, pour me convaincre sans doute, elle a ajouté : « maman est d’accord. » Pouvais-je refuser? J’ai acquiescé timidement. Ses yeux se sont mis à briller et elle m’a remercié en me prenant dans ses bras.

 

Si j’avais su que la ringuette est un sport de glace…

 

Mille et une raisons de dire non

J’aurais eu mille et une raisons de dire non! Par exemple : l’idée de me voir chaque fin de semaine à l’aréna, la nécessité de devoir acheter autant d’équipement, la crainte qu’elle n’aime pas ça, le fait qu’elle soit si petite comparée aux autres, etc.

 

Par chance, j’étais occupé lorsqu’elle m’a posé la question. Par chance, je ne connaissais pas la ringuette. Par chance, j’ai accepté.

 

Nos engagements respectifs

Je n’allais pas revenir sur ma décision. Mais je voulais être sûr de son engagement. Je lui ai fait comprendre que, si elle tentait l’expérience, elle devrait aller jusqu’au bout. Si elle s’engageait dans cette aventure, moi, je m’engageais à la soutenir. Par chance, elle a accepté les consignes paternelles.

 

Un point tournant dans sa vie

Son entourage n’en revient pas du chemin qu’elle a parcouru en un an. Cela nous a tellement encouragés : parents, amis, entraineurs et même organisateurs. Mais, surtout, elle est fière d’elle et de ce qu’elle a accompli.

 

Le changement a été tellement si important que je suis heureux aujourd’hui d’avoir dit oui, et de ne pas avoir su dans quoi je m’embarquais.

 

Si votre enfant exprime un intérêt pour un sport, quel qu’il soit, j’espère que vous l’encouragerez à essayer et que vous le soutiendrez. Peut-être qu’il s’agira d’un point tournant dans sa vie, et dans la vôtre.

 


C’est quoi la ringuette?

Sur Wikipedia.org, nous pouvons lire :

« La ringuette est un sport d’équipe avec plusieurs similitudes avec le hockey sur glace. La ringuette se joue sur une patinoire, avec des patins, oppose deux équipes de cinq joueuses et une gardienne et c’est l’équipe qui marque le plus de buts qui gagne. Toutefois, les comparaisons s’arrêtent là. »  En effet, on déplace un anneau en caoutchouc en plaçant l’extrémité d’un bâton droit dans son centre.

Infolettre
Pour recevoir par courriel nos plus récents articles.
Abonnez-vous
Infolettre
Rôle du parent

6 phrases à ne pas dire à un enfant qui joue

Article -

On le sait : en laissant jouer nos enfants librement et activement à l’extérieur, on a plus de chances d’en faire des adultes actifs et prêts à relever des défis. Mais leur dit-on toujours les bonnes choses? Vous pourriez être surpris!

6 phrases à ne pas dire à un enfant qui joue

Pour Sylvie Nault, conseillère au développement des contenus à l’Association québécoise des CPE, il importe que l’enfant joue par lui-même pour améliorer ses habiletés motrices, sa confiance en lui, son autonomie, sa créativité, sa capacité à prendre des décisions. Avec son aide, nous avons fait une petite liste non exhaustive – et surtout, qui ne se prend pas trop au sérieux! – de 6 phrases qu’on dit parfois spontanément, mais qu’il vaudrait mieux remplacer par d’autres.

1. « Je n’ai pas le temps de jouer avec toi. »

Selon Sylvie Nault, si les parents prononcent cette phrase, c’est parce qu’ils pensent qu’ils doivent être aux côtés de leurs enfants en tout temps, ce qui en effet prendrait beaucoup de temps. Il y a là un réflexe de surprotection de la part des parents qu’il vaudrait mieux déconstruire. « Les enfants ont besoin de jouer par eux-mêmes. Oui, on peut leur offrir un milieu de jeu sécuritaire, en enlevant par exemple la vitre et les clous qui pourraient traîner. On les tient à l’œil, mais ils n’ont pas toujours besoin de nous. » Concrètement, cela nous permettrait de vider le lave-vaisselle en jetant un œil dans la cour où les enfants jouent de temps à autre!

Ce qu’il faudrait dire : « Je vais prendre le temps de t’aider à installer ton jeu et ensuite, je vais rentrer faire mes tâches. Je serai juste à côté si tu as besoin de moi. »

2. « Attention, ne va pas là, tu vas tomber. »

Cette phrase, Sylvie Nault dit l’entendre souvent, de la part des parents comme des intervenants. Pourtant, l’enfant doit se familiariser lui-même avec ce qui l’entoure. Il doit apprendre à connaître son environnement sans l’interprétation ou la médiation d’un adulte.

« Un enfant qui n’est pas confronté à différents défis ne développera pas son sentiment d’autoprotection. Il va devenir un adulte qui, une fois devant une situation potentiellement dangereuse, ne saura pas comment l’affronter puisqu’il n’aura pas expérimenté le risque plus jeune », dit la spécialiste.

Ce qui ne veut pas dire que les adultes doivent complètement s’effacer. On peut au contraire encourager notre enfant à dépasser ses limites, le féliciter quand il réussit et lui proposer des solutions quand ça ne fonctionne pas.

Ce qu’il faudrait dire : « Vas-y, mais fais attention, tu pourrais tomber ».

3. « Tu ne seras pas capable. »

Quand on présume qu’un jeune ne sera pas capable d’accomplir une tâche, on vient éroder son estime de lui-même. À la longue, cela peut créer chez les enfants des sentiments négatifs face à la pratique d’activités physiques.

« Il ne faut pas oublier la notion de plaisir, commente Sylvie Nault. C’est le baromètre qui indique à l’adulte si l’enfant est au bon endroit. S’il ne semble pas éprouver de plaisir, c’est que le jeu est soit trop difficile, soit trop facile pour lui. »

Ce qu’il faudrait dire : « Il se peut que tu trouves ça difficile ».

4. « Attention de ne pas te salir. »

« Ne pas se salir, ne pas se mouiller, ne pas briser les vêtements… Oui, on entend ça trop souvent! », sourit Sylvie Nault. Aucun parent n’a malheureusement le pouvoir d’empêcher les taches sur les vêtements neufs! Alors, armez-vous de patience et prévoyez le coup : ne mettez pas les plus beaux habits de vos rejetons pour la garderie, l’école ou les sorties au parc.

Ce qu’il faudrait dire : « Va changer tes souliers si tu veux jouer dans la boue! »

 

 

5. « Arrête de te chamailler, reste tranquille. »

Le besoin naturel de bouger et de se chamailler est présent chez tous les enfants, les garçons comme les filles, insiste Sylvie Nault. Les parents doivent comprendre l’importance des jeux de chamaille.

« L’enfant va avoir beaucoup de plaisir, il dépensera beaucoup d’énergie, il sera essoufflé, il va apprendre à respecter ses limites et celles des autres, à canaliser son énergie, à reconnaître les expressions faciales de ses pairs. »

Si on voit que le plaisir n’y est plus, on intervient pour que le jeu cesse. Mais même si les bruits et le brouhaha qui se dégagent de ces jeux peuvent être dérangeants pour les parents, il faut garder à l’esprit que leur pratique tend à diminuer les comportements agressifs de la part des petits.

Ce qu’il faudrait dire : « Tu peux te chamailler, mais on arrête quand il n’y a plus de plaisir – chez toi ou chez l’autre! »

6. « Va jouer avec cet enfant »

Inutile d’imposer à notre enfant de jouer avec tel ou tel ami au parc ou à l’école. D’abord, il se sentira forcé et en retirera moins de plaisir. Ensuite, il se peut qu’il soit tout simplement trop tôt dans son développement pour qu’il joue réellement avec un autre enfant. « Les tout-petits jouent chacun de leur côté. Vient ensuite une phase où ils jouent en parallèle avec d’autres, c’est-à-dire qu’ils font le même jeu, mais chacun de leur côté. Éventuellement, ils vont finir par interagir, mais ça peut être long et ça ne sert à rien de les presser », conclut Sylvie Nault.

Ce qu’il faudrait dire : « Tu peux jouer seul ou avec la personne de ton choix. »

Et vous, que dites-vous pour encourager vos enfants qui jouent?

Article réalisé en partenariat avec la Table sur le mode de vie physiquement actif (TMVPA)

Infolettre
Pour recevoir par courriel nos plus récents articles.
Abonnez-vous
Infolettre