Sports et plein air

La danse pour les garçons? Un sport comme un autre!

Article -

[Article mis à jour] 

Vous avez de jeunes garçons actifs qui ne sont pas attirés par le hockey, le basket-ball ou le ski. Vous vous demandez comment les faire bouger? Pourquoi ne pas les initier à la danse? Entrevue avec Vincent Desjardins, gagnant de l’édition 2009 de So you think you can dance Canada, et propriétaire de l’école de danse District 5, à Trois-Rivières.

La danse pour les garçons? Un sport comme un autre!

Une denrée rare

Très jeune, Vincent a été initié à la danse sociale. Il n’avait que six ans quand il a fait ses premiers pas. À cette époque, les garçons étaient très peu nombreux sur la piste. Malgré ce contexte, Vincent n’a jamais senti de jugements de la part des amis : « j’étais sportif dans autre chose aussi. Cependant, pour la danse sociale je me suis fait poser plusieurs questions du genre : pourquoi pratiques-tu cela, mais je n’ai pas de souvenirs de m’être fait achaler. »

 

Un vent de changement

Vincent constate que les perceptions changent. Plus de garçons s’inscrivent aujourd’hui à des cours de danse; « ils essaient divers types de danses », affirme-t-il. La venue d’émissions comme So you think yo can dance ou Dancing with the stars et de films tels que Step up ont eu une influence sur les habitudes de vie des garçons. Le petit et le grand écran ont contribué à faire tomber les barrières et les préjugés. Dans les studios de danse de ses amis à Québec et à Montréal, il arrive souvent que les gars soient majoritaires!

 

Le hip-hop a la cote

Bien que le breakdance fasse plusieurs adeptes, Vincent affirme que c’est le hip-hop qui a la cote chez les 9-11 ans. Le hip-hop c’est le style et l’attitude. C’est aussi, au dire de Vincent, un type de danse qui émerge de la rue, c’est « rough » et cela permet aux gars « d’avoir l’air d’un gars ». Le hip-hop libère tout en étant très technique.

 

L’appui des parents

Si vos jeunes aiment bouger et danser, il faut les encourager. À ce chapitre, Vincent Desjardins est formel : « Le soutien des parents est SUPER important! Si votre enfant a ce talent ou a le goût d’en faire l’essai, il faut l’encourager, le soutenir à 100 %, c’est un sport comme un autre! En plus, pour les plus passionnés, aujourd’hui, il s’agit d’un domaine dans lequel il y a beaucoup de débouchés. »

 

À l’instar du foot ou du hockey, la danse peut aussi motiver vos jeunes à bouger! 

 

Pour plus d’informations, consultez le site de l’école de danse et studio District 5

Infolettre
Pour recevoir par courriel nos plus récents articles.
Abonnez-vous
Infolettre
Sports et plein air

Lancer un nouveau sport dans sa ville : Ultimate frisbee à Sainte-Julie

Article -

Avant que Diane Beaudry emménage à Sainte-Julie, l’Ultimate frisbee ne faisait pas partie de la programmation sportive de la Ville. Mère de deux jeunes qui avaient à l’époque 12 et 14 ans, elle a vite remédié à la situation. En 2010, elle a fondé une association régionale permettant à la fois aux enfants et à leurs parents de découvrir cette nouvelle activité.

Lancer un nouveau sport dans sa ville : Ultimate frisbee à Sainte-Julie

Chez Diane Beaudry, tout le monde manie le frisbee. Son conjoint a commencé à jouer à Montréal, ce qui a incité les enfants à en faire autant. Ces derniers étaient déjà très actifs, surtout en patinage de vitesse. La famille devait donc se rendre fréquemment dans la métropole. À force d’observer sa progéniture s’épanouir sur le terrain, l’idée d’une ligue d’Ultimate frisbee à Sainte-Julie a germé dans la tête de la mère.

 

Sous l’aile d’une autre association

Son premier réflexe a été d’aller rencontrer le président de l’Association de Ultimate de Montréal (AUM), qui lui a d’abord recommandé de vérifier l’intérêt de la Ville. « Le Service des loisirs était très ouvert à ça, se remémore Diane Beaudry. La première année, il nous a même aidés à obtenir la subvention SOGO Active. Le président de l’AUM est venu animer une soirée portes ouvertes, et il a aussi assisté à trois ou quatre rencontres avec la Ville, parce que je n’avais jamais démarré ça, moi, une association! » L’organisation montréalaise a même accepté de s’occuper de la comptabilité de la nouvelle ligue de Sainte-Julie, au plus grand soulagement de sa fondatrice.

 

Le principal défi a toujours été le recrutement de nouveaux joueurs. Constituée à l’échelle régionale, l’association a accès à un plus vaste bassin de population, mais cela nuit à la disponibilité des terrains. Les clubs locaux ont la priorité, alors Ultimate Sainte-Julie doit se contenter d’une plage horaire le vendredi soir.

 

« J’ai perdu beaucoup de gens à cause du vendredi, parce qu’ils veulent faire autre chose ce soir-là. Ils préfèreraient jouer à un autre moment de la semaine, mais je n’ai pas d’endroit pour le faire », se désole Diane Beaudry.

 

S’entourer pour répartir la charge de travail

S’il y a un conseil que la femme donnerait à un parent qui souhaite suivre ses traces, c’est de s’entourer de bénévoles. Elle ne l’a pas fait assez au début, et elle a trouvé la charge de travail lourde à porter.

 

Elle recommande aussi d’assister aux réunions des fédérations provinciales. Cela lui a permis d’échanger des trucs avec d’autres petites associations de la Gaspésie qui vivaient les mêmes difficultés.

 

Adultes et enfants se partagent le terrain

À Sainte-Julie, une formule familiale est mise de l’avant. Le terrain est séparé en deux pour permettre aux enfants et à leurs parents de jouer en même temps, mais chacun de leur côté.

 

Diane Beaudry décrit l’Ultimate frisbee comme un mélange de football, de soccer et de basket-ball. On ne court pas avec le disque, mais on peut se servir d’un pied pivot et, pour marquer, un joueur doit attraper le frisbee dans la zone de but. L’autoarbitrage des parties apporte, selon elle, une grande convivialité sur le terrain. Par ailleurs, les joueurs plus expérimentés assurent le transfert des connaissances aux débutants, facilitant ainsi leur acclimatation intégration.

 

Crédit photo : Robert Gosselin PPM

Infolettre
Pour recevoir par courriel nos plus récents articles.
Abonnez-vous
Infolettre