Sports et plein air

5 circuits à découvrir à vélo en famille

Le Québec côté jardin se découvre à merveille sur deux roues. Enfourchez votre vélo et parcourez des sentiers empreints d’histoire, des routes bucoliques et des pistes dévoilant une nature généreuse. Cette sélection d’escapades à vélo vous entraîne à coup sûr jusqu’à des sites naturels qui invitent à faire une pause. Nos suggestions de parcours s’adressent principalement aux cyclistes débutants et conviennent à toutes les familles.

5 circuits à découvrir à vélo en famille

1. Du Québec (Bas-Saint-Laurent) au Nouveau-Brunswick

Pédalez tout en douceur dans le Parc linéaire interprovincial Le Petit Témis, une ancienne emprise ferroviaire qui longe des cours d’eau et des lacs bordés de forêts.

 

Partant de Rivière-du-Loup (Route verte 8), ce parcours de 135 km se termine à Edmundston, au Nouveau-Brunswick. De faible dénivelé et ponctuée de belvédères, d’aires de pique-nique et d’emplacements de camping, cette piste est une bonne option pour faire l’expérience d’une longue randonnée à vélo. La section comprise entre Témiscouata-sur-le-Lac et Dégelis est particulièrement charmante.

 

Parc linéaire interprovincial Le Petit Témis

Téléphone : 418-868-1869 ou 418-853-3593

 

2. En selle sur l’Estriade (Cantons-de-l’Est)


Crédit photo: Estriade.net

 

Une escapade familiale par excellence!

 

Entièrement asphaltée, la piste cyclable l’Estriade débute à Granby, au lac Boivin, et est bordée d’arbres sur ses 21 km. Elle relie Granby, Bromont et Waterloo, et fait aussi une belle boucle (facultative) par le parc national de la Yamaska. La piste a été aménagée sur l’emprise ferroviaire qui traversait autrefois ces municipalités, donc pas d’interminables côtes à grimper ici, sauf de temps à autre un léger faux plat. Ce parcours récréatif (par opposition à sportif), en plus d’être sécuritaire, convient tout à fait aux familles qui désirent se fondre dans la nature par une belle journée de fin de semaine. À Granby, elle rejoint la piste Montérégiade I, qui mène à Farnham, 25 km plus à l’ouest.

 

L’Estriade

 

3. Le tour de l’île aux Coudres en quadricycle (Charlevoix)

Expérimenter la vie des insulaires au rythme du fleuve.

 

À bicyclette, tandem ou quadricycle, le tour de l’île aux Coudres est une belle activité familiale. Ce petit parcours typique et populaire prend tout son sens à vélo. Le terrain est assez plat, et la routine du coup de pédales permet de savourer la beauté de son superbe paysage et de profiter du fleuve, envoûtant et omniprésent. La pointe de l’Islet, à l’extrémité ouest, offre un paysage grandiose sur le Saint-Laurent.

 

Vélo-Coudres

2926 ch. des Coudriers, L’Isle-aux-Coudres

Téléphone : 418-438-2118

 

4. S’en mettre plein la vue (Chaudière-Appalaches)


Crédit photo: Québec Original 

 

Bordant le fleuve Saint-Laurent, le Parcours des Anses est l’une des plus belles pistes cyclables du Québec.

 

L’agréable Parcours des Anses, une magnifique piste multifonctionnelle de 15 km entièrement asphaltée, suit la rive du Saint-Laurent et offre un point de vue privilégié sur la ville de Québec, avec le Château Frontenac et les fortifications à l’avant-plan. Jalonnée de parcs, de sites historiques, de maisons patrimoniales et de restaurants, cette piste est idéale pour allier cyclisme, découvertes et pauses contemplatives. Prenez donc le temps de savourer le paysage sublime. Le soir venu, quand toutes les lumières de la ville de Québec scintillent et se reflètent dans le fleuve, il fait bon pédaler sur la piste alors paisible et bien éclairée. Au départ de la ville de Québec, le Parcours des Anses est accessible par le pont de Québec ou la traverse Québec-Lévis.

 

Parcours des Anses

 

5. Les marais de Plaisance (Outaouais)

Plus de 30 km de paix, avec verdure éclatante et oiseaux jaseurs.

 

Le parc national de Plaisance se voue principalement à la mise en valeur des milieux humides, ces éternels laissés-pour-compte, mais dont l’importance pour la diversité biologique et écologique est immense. Allez vous promener à vélo dans le parc, vous y ferez à coup sûr de belles découvertes. Des sentiers multifonctionnels (cyclistes et piétons) sillonnent les presqu’îles et les zones marécageuses sur des passerelles. Ils donnent l’occasion de contempler de fort jolis paysages et d’observer une foule d’espèces d’oiseaux, des tortues, des castors, des loutres de rivière et plusieurs amphibiens. Par ailleurs, une tour d’observation offre une magnifique vue sur les alentours.

 

Parc national de Plaisance

1001 ch. des Presqu’îles, Plaisance

Téléphone : 819-427-5334 ou 800-665-6527

 

 

Textes tirés du guide Ulysse Plein air et art de vivre au Québec : 125 séjours épicuriens, par Thierry Ducharme et Julie Brodeur.

 

 

Par l’équipe des Guides de voyages Ulysse

 

Infolettre
Pour recevoir par courriel nos plus récents articles.
Abonnez-vous
Infolettre
Sports et plein air

Marche ou course: quelle activité est la plus bénéfique?

Article -

Qu’est-ce qui est le mieux pour la santé, entre la marche et la course? Et qu’est-ce qui convient le mieux aux préadolescents? Nous en avons discuté avec Jean-Yves Cloutier, entraîneur et fondateur du Club Vainqueurs.

Marche ou course: quelle activité est la plus bénéfique?

La marche et la course procurent les mêmes effets sur le plan physique, mais pas à la même intensité. Les deux tonifient presque tous les muscles (plus en douceur pour la marche), elles sollicitent le système cardiovasculaire et activent les articulations. Selon plusieurs études citées par Jimmy Thai dans l’article « Marche vs course à pied : quelle est la meilleure activité physique? » du site Espace-musculation.com, les bienfaits sont semblables pour la réduction de l’hypertension, du diabète, des maladies coronariennes, pour le renforcement musculaire, etc.

LE saviez-vous?
Une marche de 15 minutes apporterait les mêmes bienfaits physiques qu’une course de 5 minutes.

La course à pied étant plus intense que la marche, la dépense énergétique augmente les calories brûlées et la perte de poids. Il faut donc marcher plus longtemps pour obtenir les mêmes résultats. Cependant, les risques de blessures sont plus élevés chez les adeptes de jogging : « syndrome de la bandelette ilio-tibiale, fracture de fatigue, tendinopathies, syndrome rotulien, et plein d’autres traumatismes du genou », nomme Jimmy Thai dans son article.

Selon une étude publiée en 2014 dans le Journal of the American College of Cardiology, citée dans l’article « Forme physique. Populaire… et efficace » dans La Presse +, « il semble que 15 minutes de marche apportent les mêmes bienfaits physiques qu’une course de 5 minutes. De même, 105 minutes de marche équivalent à environ 25 minutes de course ».

À la préadolescence

Jean-Yves Cloutier est entraîneur depuis plus de 30 ans. Il est d’avis qu’il est plus difficile de motiver les adolescents à pratiquer des sports sur une base régulière que les préadolescents. « Les enfants de 4 à 11 ans suivent encore leurs parents », dit-il. Ils vont par exemple aller faire de la randonnée en famille, mais pour qu’ils apprécient la sortie, il leur faut un objectif, un défi, comme repérer des oiseaux ou des traces d’animaux, ou terminer la promenade par une récompense…

« Simplement marcher d’un point A à un point B peut leur paraître trop “pépère”! À la préadolescence, les jeunes ont le goût de se surpasser et ils sont assez compétitifs. C’est pour ça qu’ils aiment les jeux comme le soccer, le hockey-balle, le skateboard, l’athlétisme…, où on court, de toute façon! Ils ont un tempérament plus actif, alors les sports collectifs sont plus profitables à leur âge. En fait, entre les deux, la course leur convient mieux que la marche. Si le jeune est déjà très actif dans le sport, par exemple s’il en pratique trois fois par semaine, il fera très facilement des randonnées de 10 à 15 km. »

La cadence des pas différencie cinq grands types de marche : de la marche classique à 3 ou 4 km à l’heure à la marche athlétique, de plus de 7,5 km à l’heure (source : livre Marcher au bon rythme). Les enfants en randonnée avec leurs parents font davantage de la marche récréative ou classique, que rapide ou athlétique.

Maintenir la motivation

Jean-Yves Cloutier conseille aux parents de préadolescents de les laisser choisir les sports qui les allument, sinon ils ne seront pas motivés et ils n’aimeront pas ce qu’on leur impose. Plusieurs stratégies aident à encourager les jeunes, quelle que soit l’activité physique choisie. S’ils s’inscrivent à un cours ou à un club, ils doivent s’engager à ne pas abandonner avant la fin de la session. Ils réussissent mieux s’ils développent une bonne connexion avec leur entraîneur. « L’entraîneur doit s’adapter au jeune en fonction de son tempérament et de son penchant compétitif ou récréatif », indique Jean-Yves Cloutier.

Pratiquer le sport en groupe, entre amis ou en famille plutôt que seul est plus efficace (et plus sécuritaire, surtout pour les enfants de moins de 12 ans). Le chapitre « Marcher en groupe, c’est motivant » du livre Marcher au bon rythme en présente les avantages, citant notamment que l’entraînement de groupe active davantage la production d’endorphine que lorsqu’on s’entraîne seul. Cette hormone du bonheur « diminue la douleur et augmente la sensation de bien-être », écrit M. Cloutier dans son livre.

Livre « Marcher au bon rythme: des programmes pour tous » par Jean-Yves Cloutier

Le rôle des parents est très important, puisqu’ils sont un modèle s’ils font eux-mêmes du sport ou s’ils en font avec leurs enfants. Ou encore, s’ils en font en même temps qu’eux, mais pas ensemble : « Au Club Les Vainqueurs, une des caractéristiques est que 20 % des adultes emmènent leurs enfants et font des activités chacun de leur côté selon leur groupe d’âge, durant le même créneau horaire », raconte Jean-Yves Cloutier, fondateur de ce club d’athlétisme à Montréal qui existe depuis 1982. La section Initiation s’adresse aux enfants de 3 à 13 ans qui s’entraînent à la course, au saut et au lancer. Belle façon de les motiver à faire du sport : en groupe et avec un enjeu compétitif!

Pour en savoir plus

Infolettre
Pour recevoir par courriel nos plus récents articles.
Abonnez-vous
Infolettre