Rôle du parent

Jeux vidéo actifs : doit-on recommander la Wii ou la Kinect aux enfants?

Article -

Des chercheurs australiens recommandent aux parents d’utiliser les jeux vidéo actifs (ou « exergaming ») pour faire bouger leurs enfants. Telle est la conclusion de leur étude, publiée au mois de mai dans la revue The journal of pediatrics. Selon la Dre Louise Naylor, pédiatre et co-auteur de la recherche The Effect of Exergaming on Vascular Function in Children, les technologies comme la Wii de Nintendo ou la Kinect pour Xbox pourraient être des outils efficaces pour contrer la sédentarité et l’obésité chez les jeunes.

Jeux vidéo actifs : doit-on recommander la Wii ou la Kinect aux enfants?

Les scientifiques de l’Université de Western Australia et de l’Université de Liverpool ont fait ces recommandations après avoir comparé la dépense énergétique et la santé générale de 15 enfants âgés de 9 à 11 ans après une séance de 15 minutes sur une console de jeu et après des exercices physiques sur un tapis roulant. Les résultats obtenus leur ont permis de conclure que les enfants dépensent autant en jouant à un jeu d’intensité élevée, comme la course de 200 mètres haies, qu’en pratiquant un sport à un niveau modéré, et qu’ils améliorent leur santé vasculaire.

 

Des recommandations controversées

L’étude australienne contredit cependant les conclusions d’experts canadiens qui, en novembre dernier, ne recommandaient pas les jeux vidéo actifs comme stratégie aidant les enfants à être plus actifs physiquement.

 

Sans nier les avantages des jeux vidéo actifs, comparativement aux jeux vidéo passifs, Jean-Philippe Chaput, professeur à l’École des sciences de l’activité physique de l’Université d’Ottawa et membre du groupe de recherche sur les saines habitudes de vie et l’obésité du Centre hospitalier pour enfants de l’est de l’Ontario, a exprimé des réserves quant à la position des scientifiques australiens. Selon lui, la taille de l’échantillon est insuffisante pour en tirer des données précises et fiables. « Cette étude ne peut pas du tout nous renseigner à savoir si les jeux vidéo actifs sont un bon moyen de combattre la sédentarité ou d’avoir un impact sur les taux d’obésité puisque l’effet sur 24 heures ou à plus long terme est inconnu, ajoute-t-il. De plus, l’apport calorique n’est pas mesuré et les études récentes montrent qu’il y a aussi une surconsommation de nourriture avec les jeux vidéo. »

 

Source : NAYLOR, Louise H. et al, 2013. The Effect of Exergaming on Vascular Function in Children, The journal of pediatrics, 20 mai 2013.

Infolettre
Pour recevoir par courriel nos plus récents articles.
Abonnez-vous
Infolettre
Rôle du parent

J’ai laissé mes enfants jouer dehors seuls (et ils sont toujours en vie!)

Opinion -

Mes enfants sont âgés de 7 et 9 ans. Et cet été, l’étape que je redoutais tant est arrivée : celle où ils me réclameraient le droit de jouer dans la ruelle. Seuls. Sans parent. Contre toute attente, le processus de lâcher-prise a toutefois été beaucoup plus facile que je ne l’appréhendais.

J’ai laissé mes enfants jouer dehors seuls (et ils sont toujours en vie!)

J’avoue, j’étais de ces parents pour qui perdre de vue mes enfants au parc, à la pataugeoire ou à l’épicerie, ne serait-ce qu’une seule petite seconde, me mettais dans tous mes états. États que je savais irrationnels, donc je le vivais de l’intérieur, sans jamais que ces fugaces instants de panique ne paraissent. Car la dernière chose que j’aurais voulu, c’est bien d’inculquer à mes enfants une peur d’être sans moi.

 

En contrepartie, j’ai toujours aimé les voir acquérir de la liberté et de l’autonomie… mais dans des cadres contrôlés. Leur entrée à la garderie, puis à l’école m’a ainsi remplie de fierté. L’idée qu’ils aient leur propre vie, sans leur père ni moi, m’a toujours beaucoup plu. Mais je ne voyais pas le jour où je me sentirais prête à les laisser aller dans la ruelle seuls.

 

Au printemps, la meilleure amie de ma fille qui habite la rue juste à côté est venue frapper à notre porte. Quand j’ai réalisé qu’aucun adulte ne l’accompagnait, j’ai été prise d’un vertige : hé oui, nous y sommes. À 9 ans, le moment où ma fille peut apprivoiser une nouvelle liberté est aussi arrivé pour elle. J’en faisais de même à son âge, et même avant!

 

Autour de moi, des parents ont laissé jouer dehors seuls leurs enfants plus jeunes que les miens. Chacun son rythme. Je me suis toujours refusé à porter quelque jugement que ce soit, seulement, je savais que je n’étais pas encore rendu là. Que de forcer la chose aurait sans doute généré du stress chez moi.

 

Les laisser lousses

Alors voilà, la ruelle était à eux. Je dis « eux », car mon fils de 7 ans a évidemment eu le droit de suivre sa sœur (hé oui, le cadet qui dispose des privilèges plus tôt… situation classique qui a maintes fois fait rager l’aînée que j’étais!).

 

Et c’est là que la magie s’est mise à opérer : ils n’ont jamais autant joué à l’extérieur que depuis que la chose n’est pas proposée par les parents. Et l’effet d’entraînement est impressionnant : dès qu’ils mettent les pieds dehors, les petits voisins apparaissent de toute part, si bien qu’ils forment rarement un groupe de moins de six ou sept. Et ils sont toujours bien occupés à cueillir des fleurs pour nous en offrir des bouquets, à traquer des indices de je ne sais trop quel mystère, tels de petits détectives en herbe, à faire des courses de vélo, jouer à la tague, à la corde à danser, ou à s’arroser avec le boyau qu’on met à leur disposition quand il fait très chaud.

 

trois enfants jouent au soccer dans la ruelle

Évidemment, nous ne sommes jamais bien loin, tout en vaquant à nos occupations à l’intérieur ou à l’extérieur de la maison. Oui, il y a eu des moments où je les ai entendus se chicaner, mais où je n’ai pas eu à intervenir. Mais si l’un d’eux hurle après une chute en trottinette, là je me précipite pour constater les égratignures (même si mes enfants ont depuis toujours tendance à l’exagération, je ne m’y fais pas). Et quelques secondes plus tard, c’est reparti!

 

 

Des règles claires

Pour éviter que les enfants ne se mettent dans des situations plus hasardeuses, nous avons établi des règles claires : porter les casques lorsqu’ils enfourchent leur vélo, ne pas dépasser les limites établies (un peu avant les deux extrémités de la ruelle), ne pas entrer dans la maison des amis sans nous en avoir avisés au préalable, les plus grands doivent veiller sur les plus petits (sans toutefois leur en donner l’entière responsabilité), entrer à l’heure demandée (donc, toujours avoir leur montre au poignet).

 

Ainsi j’ai l’esprit tranquille, et quand les enfants sont dans la ruelle hors de ma vue, je renoue avec un sentiment que j’avais oublié depuis longtemps. Celui de ma liberté. Mais où était passé tout ce temps pour cuisiner, lire, jardiner… dans le calme!? Bref, je crois que tout le monde sort gagnant de cette nouvelle dynamique.

 

Laissez-vous vos enfants jouer seuls à l’extérieur?

 

Article réalisé en partenariat avec la Table sur le mode de vie physiquement actif (TMVPA)

Infolettre
Pour recevoir par courriel nos plus récents articles.
Abonnez-vous
Infolettre