Tendances

Relever le défi Fy!

Article -

C’est en apercevant des artistes faire voler des chaînes de feu, sur une plage de Thaïlande, que la professeure d’éducation physique Christine Talbot a eu l’idée de concevoir une nouvelle activité pour les jeunes : le Défi Fy!

Relever le défi Fy!

Fy signifie « feu » en langue thaï. Mais rassurez-vous, les cordes manipulées dans les écoles du Québec sont bien éteintes. Des balles d’entraînement ou des rubans fluorescents sont placés au bout de cordes que les élèves font tourner vers l’avant, vers l’arrière, d’abord un bras à la fois, puis les deux en même temps. « Il y a des mouvements qu’on appelle “papillon”, “avion”, “tire-bouchon”, “libellule”… », énumère la fondatrice de Fusionlumière Fy! Inc., Christine Talbot. Une centaine de figures ont été inventées depuis dix ans.

fusionlumiere.ca

Les croisés en forme de huit reviennent très souvent. « Le signe de l’infini, c’est le mouvement le plus important de notre art, souligne Mme Talbot. C’est lui qui sert à rééduquer le cerveau et à permettre aux deux hémisphères de se connecter pour mieux apprendre. Ça aide à la mémoire et à la concentration. » Sur la plage de Thaïlande, l’enseignante s’est initiée aux chaines de feu (fire chains) pour le plaisir, mais elle a tout de suite vu leur potentiel pour ses élèves.

 

Une enseignante masquée

À son retour à l’école Alfred-Pellan de Laval, elle leur a présenté un spectacle-surprise au cours duquel elle était masquée. « Quand les élèves ont vu mon visage à la fin, raconte-t-elle, ça a été comme un tremblement de terre de cris de joie dans le gymnase et là, je leur ai dit : Les amis, j’aimerais vous enseigner ça. Est-ce qu’il y en a qui seraient intéressés? » L’aventure Fy! venait de commencer. Deux ans plus tard, Christine Talbot quittait son emploi pour s’y consacrer exclusivement.

 

De la formation est désormais offerte aux éducateurs physiques désireux d’intégrer cette activité à leurs cours. Toutefois, ce sont surtout les services de garde en milieu scolaire qui font appel à Fusionlumière Fy! pour animer leurs journées pédagogiques.

 

Des journées pédagogiques fluo

Seulement une trentaine de jeunes à la fois peuvent manipuler les cordes dans le gymnase. « On a un jeu d’un mètre de long au bout du bras, alors les enfants se frapperaient constamment les uns les autres s’ils étaient plus nombreux », explique Mme Talbot.

 

 Les autres élèves attendent leur tour en participant à des ateliers de fabrication de décor et de maquillage corporel (body painting) avec de la peinture fluorescente. Le tout en vue d’un spectacle qui est présenté à la fin de la journée. Des bracelets lumineux sont alors remis à tout le monde, les lumières s’éteignent et des jeunes de 5 à 12 ans prennent part à une chorégraphie simple, mais efficace.

 

Déjà, des milliers de jeunes de 800 services de garde en milieu scolaire ont été initiés au Défi Fy!

 

Ressource : www.fusionlumiere.ca

Infolettre
Pour recevoir par courriel nos plus récents articles.
Abonnez-vous
Infolettre
Tendances

Creative Wheel, un centre de développement physique et éducationnel pour les jeunes autochtones

Article -

Les autochtones l’affirment depuis fort longtemps : le développement sain de l’esprit, du corps et de l’intelligence passe par l’équilibre. En ayant cette vision holistique du développement des jeunes, nous sommes en mesure de mieux les soutenir tout au long de leur enfance et de leur préadolescence. C’est le pari qu’a pris Dominique Larocque, fondatrice du centre Creative Wheel.

Creative Wheel, un centre de développement physique et éducationnel pour les jeunes autochtones

Le centre Creative Wheel

Inspirée de cette leçon des Premières Nations, Dominique Larocque a entrepris, en 1994, de mettre sur pied le centre Creative Wheel qui combine à la fois école de vélo de montagne et ateliers de bien-être personnel. Depuis près de 20 ans, cette Franco-Ontarienne initie les jeunes à la pratique du vélo et les inspire grâce, notamment, à des ateliers portant sur la motivation et le team building par l’entremise de son programme « Roche Papier Ciseau » qui s’adresse aux 9 – 12 ans.
 
Parce que l’être humain est beaucoup plus que la somme de ses parties, Dominique croit fermement à l’atteinte d’un équilibre du corps, de la tête et de l’esprit grâce à la pratique d’activités sportives. Selon elle, la pratique du sport dans un cadre naturel est un outil de transformation et de développement physique et psychologique qui mène à l’engagement social et au respect. 
 

Le sport comme outil de transformation 

Malheureusement, le sport est parfois uniquement perçu comme une activité compétitive et rigoureuse. On discipline le corps et l’esprit en quête du geste parfait. Or, le sport est aussi, et avant tout, un jeu où prévaut la complicité sans recherche de résultats.
 
Utilisé comme un outil éducationnel, le sport permet d’acquérir une meilleure connaissance des notions de solidarité et de discipline. Le plaisir et le partage sont autant de valeurs transmises par l’activité sportive qui permettent de servir de socle au développement des habiletés sociales des jeunes, tout en favorisant un esprit de communauté! Et pour les jeunes, c’est le développement vers une adolescence responsable qu’elle propose!
 
Formée en sociologie, en ergothérapie, en psychologie Gestalt, en thérapie du toucher et en Reiki, Dominique Larocque a recours à un mélange unique de sagesses traditionnelles et conventionnelles dans le cadre de sa pratique thérapeutique, afin d’aider ses clients à actualiser leur potentiel et à vivre une vie heureuse et équilibrée. Dominique termine actuellement sa maitrise à l’Université d’Ottawa en Intervention et consultation en sport, activité physique et santé
Infolettre
Pour recevoir par courriel nos plus récents articles.
Abonnez-vous
Infolettre