Tendances

Amende pour l’école Guy-Drummond : la note est trop forte !

Opinion -

À l’heure où l’on sensibilise la population à bouger pour être en bonne santé et où le corps médical informe que nos jeunes ont une espérance de vie diminuée à cause de la sédentarité, l’école primaire Guy-Drummond d’Outremont à Montréal reçoit une contravention pour bruit excessif lors d’une fête scolaire sous le signe de la danse.

Amende pour l’école Guy-Drummond : la note est trop forte !

Je suis restée abasourdie lorsque j’ai appris la nouvelle. Comment peut-on expliquer que des voisins agacés par le bruit qu’engendrait une activité sportive organisée dans le cadre de la Semaine des services de garde aillent jusqu’à porter plainte et qu’une contravention de 270 $ soit remise par la sécurité publique à une école primaire?

 

La direction de l’école a précisé au journal La Presse « avoir voulu faire bouger les enfants au rythme d’une musique d’ambiance à l’heure du dîner ». Une excellente idée, selon moi, pour inciter les moins dynamiques à s’activer de façon ludique. En tant que mère de deux enfants, je sais que les jeunes ont besoin de se dépenser, de jouer et même de crier ou de faire du bruit pour se défouler et favoriser leur concentration lors des travaux scolaires. Les parents des élèves de l’établissement incriminé ont qualifié l’affaire de « ridicule ». C’est aussi mon avis. On ne parle pas ici de fêter jusqu’à l’aube, ni même de plusieurs heures dans la journée!

 

Je suis bien d’accord avec la mairesse de l’arrondissement, Marie Cinq-Mars, qui a souligné au journal La Presse que « ça n’arrive pas toute l’année. Les élèves sont confinés à l’intérieur plusieurs mois à cause de la température ». Elle s’est dite « désolée de la tournure des événements » et prendra les mesures nécessaires pour qu’un tel épisode ne se reproduise jamais. Pour ma part, je pense que lorsqu’on choisit un logement, on doit s’informer de l’environnement dans lequel il se trouve. Habiter près d’une école implique nécessairement du bruit et des fêtes ponctuelles pour le plus grand bonheur de nos enfants.

 

Les plaignants aimeraient-ils mieux voir les petits Québécois assis bien sagement devant un écran : passifs et silencieux? Je serais bien curieuse de le savoir!

Infolettre
Pour recevoir par courriel nos plus récents articles.
Abonnez-vous
Infolettre