Tendances

6 films de sport et d’action inspirants

Article -
6 films de sport et d’action inspirants

Les jeunes passent trop de temps devant les écrans de toutes sortes. Pourquoi ne pas en profiter pour leur présenter des films d'action et de sport, des films inspirants pouvant leur donner envie d’aller dehors et d'essayer de nouveaux défis? Quelques suggestions pour passer à l’action.

 

« Les Lumières du vendredi soir »

Ce film du réalisateur Peter Berg, réalisé en 2004, met en scène l'ascension de l'équipe de football américain du lycée d'Odessa, au Texas. Selon Karl Filion, créateur du site Internet québécois Cinoche.com, « Les Lumières du vendredi soir est un très bon film de football, près de l'action et très intéressant sur le plan de l’esprit d'équipe. Et il pourrait bien donner envie à des jeunes d'essayer le football. » 

Disponible en location. Version originale : Friday Night Light. Pour tous. Bande-annonce (V.O.)

 

 

« Joue-la comme Beckham »

Le critique et directeur des communications chez Cinoche.com, Karl Filion, suggère aussi cette comédie dramatique britannique réalisée en 2002 par Gurinder Chadha. Le film a remporté un vif succès auprès des jeunes. « Joue-la comme Beckham » raconte l'histoire de Jess, une jeune fille d’origine indienne, qui mène une double vie afin de vivre, à l'insu de ses parents, sa passion pour le football, inspirée par son idole David Beckham. Disponible en location. Version originale : Bend It Like Beckham.

 


 

« Sur le rythme »


Ce film québécois réalisé par Charles-Olivier Michaud, en 2011, met en vedette Mylène Saint-Sauveur et Nicolas Archambault. Il a été consacré grand gagnant de la compétition So you think you can dance Canada. Il raconte l'histoire de Delphine, 20 ans, qui doit choisir entre ses études en médecine et son rêve de faire carrière dans la danse.
 

 

« Là où le sentier se termine »

Amélie Goulet-Boucher, responsable du marketing et des communications du Banff Centre, l'organisation derrière le Festival du film de montagne de Banff, suggère « Là où le sentier se termine ». Ce film, réalisée par Jeremy Grant en 2012, suit les meilleurs athlètes de vélo de montagne à travers le monde. Présenté au Festival du film de montagne de Banff, ainsi que dans plusieurs villes du Québec du 23 janvier au 15 mars 2013. Version originale : Where the trail ends.

 

 

« Baffin Island – A Skier's Journey »

Amélie Goulet-Boucher suggère également, pour les jeunes, le film canadien réalisé en 2011 par Jordan Manley : Baffin Island – A Skier's Journey, qui porte sur le ski à Baffin, dans l'Arctique canadien. « Ce film est magnifique et, franchement, il donne juste envie d'aller skier! »

Présenté au Festival du film de montagne de Banff, ainsi que dans plusieurs villes du Québec du 23 janvier au 15 mars 2013. Le film de 16 minutes peut être visionné en ligne.

 

 

Of Souls+Water, The Shapeshifter

Troisième d'une série, cette production américaine made in Québec met en vedette le kayakiste ontarien Ben Marr. Au Banff Centre, on recommande ce film pour ses belles images et les impressionnantes prouesses réalisées par le kayakiste sur la puissante rivière Mistassibi, au Saguenay—Lac-Saint-Jean.

Présenté au Festival du film de montagne de Banff, ainsi que dans plusieurs villes du Québec du 23 janvier au 15 mars 2013. Pour un avant-goût :

 

Infolettre
Pour recevoir par courriel nos plus récents articles.
Abonnez-vous
Infolettre
Tendances

Katy St-Laurent : Un exemple à suivre… au pas de course!

Article -

L’ex-championne de vélo sur route, Katy St-Laurent, sprinte désormais entre entrepreneuriat et vie familiale, tout en continuant d’intégrer l’activité physique dans son quotidien. Et elle a trouvé le temps de partager ses trucs de superwoman avec le WIXXMAG.

Katy St-Laurent : Un exemple à suivre… au pas de course!

Katy St-Laurent a consacré douze ans de sa vie à la natation et deux ans au triathlon, avant de se tourner vers le vélo sur route, discipline dans laquelle elle a été sacrée championne canadienne en 2002. Depuis 2007, la jeune femme est à la tête de KSL, sa propre ligne de vêtements de sport, en plus de porter le chapeau de maman d’une fille de 3 ans et demi et d’un garçon de 15 mois.

 

Aujourd’hui, est-ce que l’activité physique occupe toujours une grande place dans votre vie?

Oui. J’ai toujours intégré l’activité physique à ma vie, et c’est ce que je continue de faire même avec deux enfants. Je ne pourrais pas être une bonne maman ni une bonne entrepreneure, si je ne laissais pas autant de place au sport. Mais, c’est certain que le rythme de vie change avec les responsabilités maternelles. Disons qu’avec les enfants, je ne fais plus, comme avant, 20 000 km de vélo par année.

 

Comment conciliez-vous vie professionnelle, vie familiale et vie active?

Ce n’est pas toujours facile, mais il faut trouver des solutions pour inclure l’activité physique dans son quotidien. Et il faut avoir une grande motivation. Déjà, la journée est consacrée au travail… Avec le sport en plus, il n’y a pas de place pour le superflu comme regarder la télévision. Je n’ai pas, comme avant, trois heures à consacrer à l’entrainement, alors j’essaie d’intégrer mes enfants dans mes activités physiques. Je trouve une façon de faire du sport en m’assurant que mes enfants ont du plaisir.

 

Et quels sont vos trucs pour les intégrer?

Je fais des exercices avec eux le matin. On fait plein de choses, comme l’avion. Puis, je vais reconduire mon fils à la garderie en courant avec la poussette. Ma fille court souvent à côté de moi. Quand elle était bébé, j’allais courir et, si elle avait faim, je l’allaitais en faisant des fentes. Je peux faire du vélo en traînant un chariot, ou nager en poussant mon plus jeune qui est sur une planche et en traînant ma fille qui est accrochée à mon cou. Je peux monter une montagne avec ma fille dans le sac à doc pour enfants et mon fils à l’avant dans le porte-bébé. On peut faire des jeux avec le ballon ou des circuits training avec des sauts. Je ne sais pas si vous le savez, mais il faut être vraiment en forme pour faire des sauts de grenouille avec un enfant sur les épaules (rires)!

 

Quel est le meilleur moment de la journée pour vous entraîner avec vos enfants? 

Tout de suite après la garderie, parce que, une fois à la maison, c’est difficile d’en ressortir. Je vais les chercher avec un lunch et je les fais souper dehors, dans la poussette, pendant que je cours. En plus c’est l’fun, ça salit moins! Puis on va jouer au parc. Ce sont des beaux moments qu’on passe ensemble. La vaisselle, je la fais lorsqu’ils sont couchés.

 

Avec deux enfants en bas âge, est-ce qu’il faut un horaire bien planifié pour pouvoir faire tout ça?

Non, justement. Avec des enfants, tu ne peux pas être trop organisée parce qu’il y a bien souvent des contretemps. Je n’ai donc pas de routine; je saisis plutôt les opportunités. J’ai toujours plusieurs options et je choisis la meilleure au moment où c’est possible. Il faut toujours avoir une solution de rechange et être capable de déroger de ce qui était planifié. Par exemple, hier j’avais prévu faire des intervalles, mais les enfants n’en avaient pas envie. On est plutôt allé jouer au parc, où je peux pousser la balançoire et faire des flexions en même temps.

 

L’intégration des enfants à votre entraînement est-elle une bonne façon de leur transmettre le goût de l’activité physique?

Oui. Je pense qu’il ne faut pas juste leur dire d’être actifs. Il ne faut pas imposer à nos enfants quelque chose qu’on ne fait pas nous-mêmes. Si les enfants nous voient faire du sport, ça va leur donner le goût de nous imiter. Ma fille a compris que j’ai du plaisir quand je cours. À trois ans et demi, elle a déjà fait trois marathons pour enfants! Et puis, c’est lorsqu’ils sont petits qu’il faut leur donner la possibilité  de développer leurs habiletés et leur confiance.

 

KSL

4323, rue Saint-Denis, Montréal

514 274-2323

kslsport.com

Infolettre
Pour recevoir par courriel nos plus récents articles.
Abonnez-vous
Infolettre