Tendances

13 raisons de réaliser le Défi sans écrans

Du 5 au 11 mai prochains se tiendra la 19e Semaine sans écrans. Pour les écoles, c’est l’occasion parfaite pour participer au Défi de la Dizaine sans écrans. Voici 13 raisons de réaliser ce défi.

13 raisons de réaliser le Défi sans écrans

1. C’est un défi !

Le Défi sans écrans se présente comme un jeu, un exploit sportif de haut calibre, un sport extrême nouveau genre : des enfants amateurs de télé vont affronter des professionnels du divertissement et du marketing. Les enfants ont donc besoin de s’entraîner et de s’entraider, au lieu de rivaliser entre eux ou entre classes.

 

2. Les jeunes sont encadrés

Pour préparer nos « athlètes », toutes les classes sont rencontrées à trois reprises sur une période de trois mois. Les parents sont invités à l’école pour trois conférences espacées d’un mois. Les enseignants sont aussi rencontrés et se voient confier des activités à réaliser en classe et à compléter par les enfants à la maison sous la forme de  devoirs. Ce match sera donc éducatif.

 

3. Les élèves choisissent leurs activités préférées pour remplacer les écrans

Ils discutent en classe des alternatives aux écrans. Ils complètent leur liste personnelle avec l’aide de leurs parents, grands-parents et amis. Les parents savent que les encouragements fournis à la maison sera déterminante.

 

4. Les jeunes sont conscientisés à leur temps-écran

Les enfants commencent leur préparation en dressant le bilan de leur consommation et comprennent graduellement ce dont les écrans les privent. Pourquoi les écrans sont-ils chronophages? Pourquoi veulent-ils capter notre attention plus souvent et plus longtemps? Les enfants comprennent peu à peu pourquoi les écrans tentent continuellement de nous rendre accrocs, mordus, dépendants, captifs, prisonniers. Les enfants découvrent le sens du mot sédentarité.

5. Les jeunes sont conscientisés aux effets des écrans

Les enfants apprennent comment les films, émissions et jeux vidéo violents affectent le cerveau, au point de les désensibiliser, de les rendre peu enclins à porter secours à leurs pairs ou à ressentir du remord après avoir fait souffrir ceux qui les entourent, parfois même leurs propres parents.

 

6. Les parents comprennent les dommages de l’augmentation du temps-écran

Grâce aux conférences aux parents et aux travaux scolaires réalisés par les enfants, les papas et les mamans comprennent les dommages à la santé qu’entraîne l’augmentation du temps-écran ainsi que les bienfaits qu’entraîne la réduction.

 

7. La décision revient aux parents

La décision de proposer le Défi sans écrans aux élèves est prise par les parents réunis en assemblée générale. Ils votent. L’école ne s’immisce pas dans la vie des familles. Elle va plutôt aider les parents à guider leur enfant vers la victoire, la réduction du temps-écrans ayant fait la preuve qu’elle contribuait à la réussite éducative.

8. Les élèves calculent eux-mêmes leurs points

Les élèves apprennent à compter leurs points avec franchise sur leur grille de pointage personnelle.

 

9. Les enseignants réalisent des exercices éducatifs en classe

Ces exercices permettent de développer trois compétences:  jugement critique, capacité (liberté) d’expression, triple pouvoir d’empathie-compassion-coopération.

 

10. Les parents s’impliquent

Ces exercices sont complétés à la maison avec l’aide des parents. L’implication des parents comme partenaires est primordiale pour le succès scolaire.    

 

11. La communauté se mobilise en proposant des activités

Les associations présentes dans la communauté sont invitées à offrir des activités aux enfants durant les 10 jours sans écrans. La connexion avec la réalité passe par des activités familiales et communautaires intéressantes.  

12. On produit des résultats

Les résultats du Défi sans écrans sont évalués par les parents, les enfants et les enseignants grâce à des questionnaires distincts. La compilation des réponses aux trois questionnaires donne lieu à un bilan exhaustif publié sur le site Edupax. Depuis 2003, les bilans des écoles participantes sont archivés et accessibles sur Internet.

13. On propose des outils

Les outils pour organiser la réduction du temps-écrans sont en ligne grâce à un directeur d’école du Mans qui a préparé un Guide pratique de préparation au Défi pour les enseignants.

 

Le Défi sans écrans est réalisable partout où des parents et des enseignants conviennent d’unir leurs efforts pour rendre les enfants capables de le relever. Les parents qui veulent proposer à leur école de lancer ce Défi qui, en bonus, améliore l’humeur des enfants peuvent s’adresser au conseil d’établissement ou à la direction de l’école de leur enfant.

 

Par Jacques Brodeur | Edupax

Infolettre
Pour recevoir par courriel nos plus récents articles.
Abonnez-vous
Infolettre
Tendances

5 idées pour célébrer le mois de l’éducation physique et du sport étudiant

Article -

Depuis 1994, le Réseau du sport étudiant du Québec (RSEQ) sensibilise les élèves des écoles primaires et secondaires du Québec aux bienfaits et aux plaisirs de l’activité physique en organisant, tout le mois de mai, le MEPSÉ, soit le Mois de l’éducation physique et du sport étudiant. 

5 idées pour célébrer le mois de l’éducation physique et du sport étudiant

S’inscrivant sur une base volontaire, les écoles proposent en mai, par le biais des éducateurs physiques et à la santé, des activités spéciales pour donner le goût aux jeunes d’adopter un mode de vie actif et plus sain. Le RESQ soutient les initiatives en fournissant gratuitement des affiches, des chandails aux couleurs du MEPSÉ et des outils pédagogiques (frais de transport de 10 $ en sus). Les inscriptions sont acceptées jusqu’au 27 avril 2014.

 

Cinq suggestions d’activités

Sébastien Haineault, stagiaire au RSEQ, répertorie les cinq activités les plus populaires dans les écoles.

 

1. Le Grand défi Pierre Lavoie

Depuis 2009, le Grand Défi Pierre Lavoie (GDPL) s’allie au RSEQ pour faire bouger les jeunes du primaire en mai. En s’inscrivant au GDPL dans le cadre du MEPSÉ, les écoles encouragent leurs élèves et leur famille à faire de l’exercice – tout plein d’idées sont suggérées dans le site Lève-toi et bouge! – afin d’accumuler des cubes énergie (un cube représente 15 minutes d’activité physique). Les participants sont admissibles au tirage de la grande récompense : jeux et animation durant une soirée et une nuitée au Stade olympique.

 

2. Work-out matinal

Certaines écoles organisent des séances d’exercices d’aérobique matinales animées par les professeurs d’éducation physique. Les jeunes se rencontrent avant le début des cours dans la grande salle pour bouger et bien commencer la journée!

 

3. Midi sportif

On encourage les jeunes à manger sainement et à s’activer, le midi, en pratiquant un sport ou une activité physique : aki, tennis de table, ballon-chasseur, soccer intérieur ou extérieur, volleyball… tout est prétexte à avoir du plaisir en bougeant, tout en digérant après dîner!

 

4. Récréations prolongées

On étire la récréation pour jouer plus longtemps dans la grande salle ou la cour d’école, avec la complicité des professeurs d’éducation physique qui organisent des jeux. Le ballon-chasseur, le hockey cosom (en souliers de course) et le soccer sont parmi les plus populaires.

 

5. Marathon et olympiades

Des tournois amicaux peuvent être mis en place entre les écoles et même entre les commissions scolaires. On sollicite la participation des parents et du service de garde, pour que les familles se retrouvant après les cours puissent partager des moments actifs, tels que des compétitions amusantes avec le matériel disponible, par exemple des cerceaux, des cordes, des cônes (pour des courses à obstacles, notamment). Sont également très populaires les tournois de soccer et de hockey cosom.

 

Le but du MEPSÉ est d’inciter petits et grands à ancrer les bonnes habitudes de vie dans leur quotidien, afin que l’activité physique et la bonne alimentation deviennent la norme chez les générations de demain. Depuis 20 ans, plus de 5 millions de jeunes ont participé au MEPSÉ dans les écoles primaires et secondaires du Québec. En espérant que le plaisir de bouger restera en eux tout au long de leur vie!

Infolettre
Pour recevoir par courriel nos plus récents articles.
Abonnez-vous
Infolettre