Activités familiales

Marcher avec son enfant

Opinion -

Et si le fait de « s’activer » n’était pas une fin, mais un moyen? Un moyen pour atteindre un objectif d’autre nature? Si un jeune a besoin de parler, ou si un papa a envie de discuter avec son fils ou sa fille, ils peuvent aller marcher ensemble. Ça leur permet de se retrouver et d’échanger tout en bougeant. Un « deux en un » pouvant créer des moments qui resteront graver longtemps en mémoire, celle des parents et des enfants.

Marcher avec son enfant

Mauvaise perception

D’aussi loin que je me souvienne, chaque fois que j’ai demandé à mes enfants s’ils voulaient venir marcher avec moi, la réponse était un non catégorique. Et, 9 fois sur 10, c’était suivi d’un commentaire qui en disait long sur leur perception de cette activité : « C’est plate! »

 

Je dois dire que je les comprends. Ce n’est que récemment que j’ai réalisé le bien que ça m’apporte. Ça n’a pas l’intensité d’une course, ni l’attrait d’une randonnée de vélo. Ça demande aussi plus de temps pour engendrer une dépense d’énergie notable. Bref, ça ne part pas gagnant, mais…

 

Marcher pour ne plus tourner en rond

J’ai découvert que la marche m’apportait deux choses. D’abord, elle me permet d’arrêter de penser – état de béatitude plutôt rare de nos jours – et ainsi de m’attarder aux détails qui m’entourent. Elle me permet aussi de voir les choses différemment. La marche est donc une belle façon de m’empêcher de ressasser les mêmes idées.

 

J’aimerais que mes enfants puissent prendre conscience de ces avantages plus rapidement que moi. Je voudrais qu’ils acquièrent le réflexe d’aller marcher lorsqu’ils éprouvent des difficultés, ou que les choses n’avancent pas à leur goût.

 

Des trucs pour les inciter à marcher

Lorsque je m’aperçois qu’un de mes enfants a besoin de parler, je lui demande s’il veut passer un moment avec moi. La marche devient secondaire, un moyen pour être avec papa.

 

Parfois, ce n’est pas assez, alors il faut rendre la chose plus attrayante. J’ai la chance de vivre près de sentiers boisés. On y voit souvent des canards, ou on y croise des chiens et des chats. C’est parfait pour ma fille qui adore les animaux. C’est aussi parfait pour mon gars qui a l’impression de partir à l’aventure.

 

Lorsque l’été approche, je peux utiliser une autre ruse : la crèmerie. Ça représente une heure de marche aller-retour, avec une grosse côte à descendre puis à remonter. L’important pour garder la motivation – et la ligne – est de ne pas y aller trop souvent.

 

Dans tous les cas, une fois lancés, nous pouvons discuter de différents sujets, incluant les plus délicats.

 

La fin justifie les moyens

Que ce soit pour vivre un moment de découverte ou pour rejoindre une destination attrayante, la marche est un moyen souvent négligé qui permet de bouger avec nos jeunes, pour le plus grand bien de tous.

 

Nous pouvons profiter de ces instants pour renouer avec eux et tenter de mieux les comprendre. Mon souhait le plus cher? Entendre un jour « Papa, tu veux venir marcher? », en sachant que mon enfant a envie de discuter ou de passer un moment en ma compagnie.

Infolettre
Pour recevoir par courriel nos plus récents articles.
Abonnez-vous
Infolettre